25 janvier, 2020

Le discours de Donald Trump à la Marche pour la vie américaine : traduction intégrale

Je vous propose ici ma traduction intégrale du discours de Donald Trump à la Marche pour la vie à Washington DC, le vendredi 24 janvier. Un moment historique. Car même à supposer que les motivations du président des Etats-Unis aient pu être électoralistes, quelle merveille qu'un pays ou l'engagement en faveur la défense de la vie humaine innocente est aujourd'hui un facteur de réussite électorale ! Une petite précision : la « Jeanne » interpellée par Trump au début de son discours est Jeanne Mancini, président de la Marche pour la vie. – J.S.

Merci beaucoup et merci à vous, Jeanne. C'est un grand honneur pour moi que d'être le premier président de l'histoire à participer à la Marche pour la vie. Nous sommes ici pour une raison très simple : pour défendre le droit de chaque enfant, né ou à naître, de réaliser le potentiel qui lui a été donne par Dieu. 
Depuis 47 ans, des Américains de tous horizons font le voyage depuis les quatre coins de ce pays pour défendre la vie.   
Et aujourd'hui, en tant que président des États-Unis, je suis vraiment fier de me tenir à vos côtés. 
Je tiens à souhaiter la bienvenue à des dizaines de milliers – la participation à cet événement est énorme - de lycéens et d'étudiants qui ont fait de longs trajets en bus pour venir ici dans la capitale de notre pays. Et pour que vous soyez encore plus heureux, sachez qu'il  y a encore des dizaines de milliers de personnes à l'extérieur que nous avons croisées en chemin en arrivant ici. Si quelqu'un veut abandonner sa place, on peut s'arranger. 
Il y a une foule énorme de personnes à l'extérieur. Des milliers et des milliers de personnes auraient voulu entrer. C'est un immense succès. 
Les jeunes sont au cœur de la Marche pour la vie. Et c'est votre génération qui fait de l'Amérique « la » nation pro-famille et pro-vie. 
Le mouvement pour la vie est animé par des femmes fortes, des chefs religieux extraordinaires et des étudiants courageux qui perpétuent l'héritage des pionniers qui nous ont précédés et qui se sont battus pour élever la conscience de notre nation et pour défendre les droits de nos citoyens. Vous entourez les mères de vos soins et de votre compassion. La prière vous rend forts et votre amour désintéressé vous motive. Vous êtes reconnaissants et nous sommes tous très reconnaissants – car ce sont des gens incroyables – d'avoir été rejoints par le secrétaire Alex Azar et par Kellyanne Conway. 
Et merci également aux sénateurs Mike Lee et James Lankford qui sont ici. Merci à vous. Et aux représentants Steve Scalise, Chris Smith, Ralph Abraham, Warren Davidson, Bob Latta, John Joyce, Lloyd Smucker, Brian Fitzpatrick et Brad Wenstrup. Je vous remercie tous. Je dois dire – et je considère cela, et je le vois exactement – qu'il y a bien davantage d'hommes politiques dans le public. Mais si cela ne vous dérange pas, je ne les présenterai pas tous. 
Nous tous qui sommes ici, nous comprenons cette vérité éternelle : chaque enfant est un don précieux et sacré de Dieu. Ensemble, nous devons protéger, chérir et défendre la dignité et le caractère sacré de toute vie humaine. 
Lorsque nous voyons l'image d'un bébé dans le ventre de sa mère, nous apercevons la majesté de la création de Dieu. Lorsque nous tenons un nouveau-né dans nos bras, nous connaissons l'amour infini que chaque enfant apporte à une famille. Lorsque nous regardons un enfant grandir, nous voyons la splendeur qui rayonne de chaque âme humaine. Une seule vie change le monde – de la part de ma famille, je peux vous dire que je vous envoie de l'amour, et que j'envoie beaucoup, beaucoup d'amour – et dès le premier jour de mon mandat, j'ai pris des mesures historiques pour soutenir les familles américaines et protéger les enfants à naître.  
Et pendant ma première semaine de mandat, j'ai rétabli et étendu la politique de Mexico. Et nous avons promulgué une règle pro-vie historique pour régir l'utilisation par le « Titre X » de l'argent du contribuable. J'ai informé le Congrès que je mettrais mon veto à toute législation qui affaiblirait la politique pro-vie ou qui encouragerait la destruction de vies humaines. 
Aux Nations unies, j'ai clairement indiqué que les bureaucrates mondiaux n'ont pas à s'attaquer à la souveraineté des nations qui protègent la vie des innocents. Les enfants à naître n'ont jamais eu un meilleur défenseur à la Maison Blanche. 
Comme la Bible nous le dit, chaque personne est une merveilleuse créature. 
Nous avons pris des mesures décisives pour protéger la liberté religieuse – c'est tellement important : la liberté religieuse a été attaquée partout dans le monde et, franchement, très fortement attaquée dans notre pays. Vous comprenez cela mieux que quiconque. Mais nous sommes en train d'y mettre un terme. Et nous prenons soin des médecins, des infirmières, des enseignants et des groupes comme les Petites Sœurs des Pauvres.
Nous préservons la possibilité de l'adoption confessionnelle et pour faire respecter nos documents fondateurs, nous avons nommé 187 juges fédéraux, qui appliquent la Constitution telle qu'elle a été écrite, y compris deux extraordinaires juges de la Cour suprême - Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh. 
Nous protégeons les droits des étudiants pro-vie à la liberté d'expression sur les campus universitaires. Et si les universités veulent l'argent des contribuables fédéraux, elles doivent respecter votre droit à la liberté d'expression au titre du Premier amendement. Et si elles ne le font pas, elles devront payer une très grosse pénalité financière, qu'elles ne seront pas prêtes à payer. 
Malheureusement, l'extrême gauche s'efforce de faire disparaître les droits qui nous viennent de Dieu, de fermer les organisations caritatives confessionnelles, d'interdire aux leaders religieux de s'exprimer sur la place publique et de réduire au silence les Américains qui croient au caractère sacré de la vie. Ils s'en prennent à moi parce que je me bats pour vous, et que nous nous battons pour ceux qui n'ont pas de voix. Et nous gagnerons parce que nous savons comment gagner. Nous savons tous comment gagner. Nous savons tous comment gagner. Vous gagnez depuis longtemps. Vous gagnez depuis longtemps ! 
Ensemble, nous sommes la voix des sans-voix. En matière d'avortement – et vous le savez, vous avez vu ce qui s'est passé – les Démocrates ont adopté les positions les plus radicales et les plus extrêmes prises et vues dans ce pays depuis des années et des décennies, et vous pouvez même dire, depuis des siècles. 
Presque tous les Démocrates de haut niveau au Congrès soutiennent aujourd'hui l'avortement financé par les contribuables jusqu'au moment de la naissance. L'année dernière, les législateurs new-yorkais étaient fous de joie à l'adoption d'une loi qui permettrait d'arracher un bébé du ventre de sa mère jusqu'au terme. 
Puis, nous avons eu le cas du gouverneur démocrate de l'État de Virginie, le Commonwealth de Virginie. Et nous aimons le Commonwealth de Virginie, mais que se passe-t-il en Virginie ? Qu'est-ce qui se passe ? Le gouverneur a déclaré qu'il était prêt
à exécuter un bébé après sa naissance. Vous vous souvenez de cela. 
Les Démocrates du Sénat ont même bloqué une loi qui donnerait des soins médicaux aux bébés qui survivent aux tentatives d'avortement. Et c'est pourquoi j'ai demandé au Congrès – deux de nos grands sénateurs sont ici, tant de nos membres du Congrès sont ici - de défendre la dignité de la vie et d'adopter une loi interdisant l'avortement tardif des enfants qui peuvent ressentir des douleurs dans le sein de leur mère. 
Cette année, la Marche pour la vie célèbre le 100e anniversaire du 19e amendement, qui a consacré à jamais le droit de vote des femmes aux États-Unis et qui a été octroyé par la constitution américaine. Un si grand événement. Aujourd'hui, des millions de femmes extraordinaires à travers l'Amérique utilisent le poids de leur vote pour se battre pour le droit et tous leurs droits tels qu'ils sont énoncés dans la Déclaration d'indépendance : c'est le droit à la vie.  
À toutes les femmes ici présentes, votre dévouement et votre leadership élèvent notre nation tout entière et nous vous en remercions. Les dizaines de milliers d'Américains réunis aujourd'hui ne sont pas seulement des défenseurs de la vie – c'est vraiment ici qu'ils la défendent si fièrement ensemble. Et je tiens à les en remercier tous. Vous défendez la vie chaque jour. Vous offrez un logement, une formation, un emploi et des soins médicaux aux femmes que vous aidez. Vous trouvez des familles aimantes pour les enfants qui ont besoin d'un foyer pour toujours. Vous organisez des fêtes prénatales pour les futures mamans. Vous faites – vous faites en sorte que la mission de votre vie soit d'aider à répandre la grâce de Dieu. 
A toutes les mamans ici présentes : nous vous célébrons et nous déclarons que les mères sont des héros. Votre force, votre dévouement et votre dynamisme sont la force de notre nation. Grâce à vous, notre pays a été béni grâce à ces âmes merveilleuses qui ont changé le cours de l'histoire de l'humanité. 
Nous ne pouvons pas savoir ce que nos citoyens encore à naître vont accomplir. Les rêves qu'ils imagineront. Les chefs-d'œuvre qu'ils créeront. Les découvertes qu'ils feront. Mais nous savons ceci : chaque vie apporte de l'amour dans ce monde. Chaque enfant apporte de la joie à une famille. Chaque personne mérite d'être protégée. 
Et surtout, nous savons que chaque âme humaine est divine et que chaque vie humaine, née ou à naître, est faite à la sainte image de Dieu tout-puissant. 
Ensemble, nous défendrons cette vérité dans tout notre magnifique pays. Nous donnerons le champ libre aux rêves de notre peuple. Et avec un espoir tout de détermination, nous attendons avec impatience toutes les bénédictions qui viendront de la beauté, du talent, du destin, de la noblesse et de la grâce de chaque enfant américain. 
Je tiens à vous remercier. C'est un moment très spécial. C'est un plaisir de vous représenter. Je vous aime tous. Et je dis avec une vraie passion, merci, que Dieu vous bénisse, et que Dieu bénisse l'Amérique. Merci à vous tous. Merci à vous tous.


• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S'abonner

© leblogdejeannesmits



23 janvier, 2020

Colloque de l'AGRIF sur la bioéthique le samedi 25 janvier : je vous y attends !



• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S'abonner



© leblogdejeannesmits



Donald Trump proclame la journée du caractère sacré de la vie humaine : traduction intégrale

Le choix par Donald Trump du 22 janvier pour proclamer ce jour Journée nationale du caractère sacré de la vie humaine est tout sauf anodin : c’est la date anniversaire de l’arrêt Roe versus Wade par lequel la Cour Suprême des Etats-Unis légalisait l’avortement dans ce pays. Sa Proclamation à cette occasion est remarquable en tous points, à commencer par celui-ci : il assoit la « sainteté de la vie humaine » (comme la désignent certains traducteurs) sur le fait que toute vie humaine est un « don de Dieu ».

C’est en effet parce que l’homme est créé à l’image et à la ressemblance de Dieu que sa vie a un caractère sacré, et que la vie humaine innocente doit être respectée et protégée. Sa « valeur et son potentiel incommensurables », comme l’écrit Donald Trump, lui viennent en effet de sa nature propre : l’homme, être raisonnable doté d’une âme immortelle, est appelé à une destinée d’éternité.
Sa mention des avortements tardifs, qu’il invite le Congrès à interdire, vise particulièrement les Démocrates qui soutiennent le « droit » à l’avortement tout au long de la grossesse. Si Trump est en campagne, c’est aussi sur ce thème.

Je vous laisse savourer l’intégralité de cette Proclamation dont je vous propose ici ma traduction, en attirant spécialement votre attention sur les termes solennels de ses derniers paragraphes. – J.S.

*
Toute personne – née ou à naître, pauvre, méprisée, handicapée, infirme ou âgée – a une valeur intrinsèque. Bien que chaque parcours soit différent, aucune vie n’est sans valeur ou sans importance ; les droits de tous doivent être défendus. En cette journée nationale du caractère sacré de la vie humaine, notre nation réaffirme avec fierté et force son engagement à protéger le don précieux de la vie à chacune de ses étapes, de la conception à la mort naturelle. 
Nous avons constaté récemment une diminution du nombre total comme du taux d’avortements dans notre pays. De 2007 à 2016, la période d’analyse la plus récente, le nombre et le taux des avortements ont diminué respectivement de 24 % et de 26 %. Le taux de grossesses chez les adolescentes – dont la grande majorité sont non planifiées – a diminué de manière quasi continue au cours du dernier quart de siècle, contribuant au plus faible taux d’avortements chez les adolescentes depuis la légalisation de l’avortement en 1973. Tous les Américains devraient célébrer cette baisse du nombre et du taux d’avortements : elle représente des vies sauvées. Mais il reste encore beaucoup à faire et, en tant que Président, je continuerai à me battre pour protéger la vie des enfants à naître. J’ai promulgué une loi dans le cadre du Congressional Review Act qui permet aux États et aux autres bénéficiaires de subventions d’exclure de leurs projets dits « Titre X » les organisations qui pratiquent des avortements. Mon administration a également publié des règlements afin de garantir que les projets de planification familiale du Titre X soient clairement séparés de ceux qui pratiquent, encouragent ou recommandent l’avortement comme méthode de planning familial ; afin de protéger les droits de la conscience des travailleurs et des organisations de santé, y compris en ce qui concerne l’avortement ; et afin de garantir que le gouvernement fédéral ne contraigne pas les employeurs qui s’opposent, sur le fondement de croyances religieuses ou de convictions morales, à fournir une assurance couvrant les produits contraceptifs, y compris ceux qui, selon eux, provoquent des avortements précoces. En outre, j’ai demandé au Congrès d’agir pour interdire l’avortement tardif des bébés qui peuvent ressentir la douleur. 
Mon administration met également en place une coalition internationale en vue de faire disparaître le concept d’avortement en tant que droit fondamental de l’homme. À ce jour, 24 nations représentant plus d’un milliard de personnes ont rejoint cette grande cause. Nous nous opposons à tout projet qui tente d’affirmer un droit mondial à l’avortement à la demande jusqu’au moment de l’accouchement, financé par le contribuable. Et nous ne nous lasserons jamais de défendre la vie innocente – chez nous comme à l’étranger. 
En tant que nation, nous devons rester fermement attachés à cette vérité profonde selon laquelle toute vie est un don de Dieu – Dieu qui confère à chaque personne une valeur et un potentiel incommensurables. D’innombrables Américains sont des défenseurs infatigables de la vie, champions des plus vulnérables d’entre nous. Nous sommes reconnaissants envers ceux qui soutiennent les femmes confrontées à une grossesse imprévue, envers ceux qui apportent la paix aux femmes qui ont subi un avortement et envers ceux qui accueillent des enfants dans leur foyer par le biais du placement familial et de l’adoption. En cette Journée nationale du caractère sacré de la vie humaine, nous célébrons le merveilleux don de la vie et renouvelons notre détermination à construire une culture où la vie est toujours respectée. 
PAR CONSÉQUENT, moi, DONALD J. TRUMP, Président des États-Unis d’Amérique, en vertu des pouvoirs qui me sont conférés par la Constitution et les lois des États-Unis, je proclame par la présente le 22 janvier 2020 Journée nationale du caractère sacré de la vie humaine. Aujourd’hui, j’invite le Congrès à se joindre à moi pour protéger et défendre la dignité de toute vie humaine, y compris celle des personnes à naître. Je demande au peuple américain de continuer à s’occuper des femmes qui vivent une grossesse imprévue et de soutenir l’adoption et le placement familial d’une manière plus significative, afin que chaque enfant puisse trouver un foyer aimant. Enfin, je demande à chaque citoyen de cette grande nation d’écouter le bruit du silence de cette génération que nous avons perdue, puis d’élever la voix au nom de tous ceux qui sont touchés par l’avortement, ceux qui sont visibles et ceux qui ne le sont pas. 
EN FOI DE QUOI, j’ai apposé ma signature en ce vingt-et-unième jour de janvier de l’année de Notre Seigneur deux mille vingt et de l’indépendance des États-Unis d’Amérique la deux cent quarante-quatrième.

Aidez-moi à maintenir le rythme des publications sur ce blog !


Ce blog est d'accès gratuit et je tiens à ce qu'il en soit ainsi. La très grande majorité des textes et traductions publiés ici – telle la traduction que vous venez de lire – le sont de manière bénévole. Un très grand merci à ceux d'entre vous qui ont versé ou qui verseront une libre participation via le lien ci-dessous :




Facture adressée par mail sur simple demande ; contactez-moi via jeanne.smits.blog@gmail.com si vous souhaitez contribuer par chèque ou virement.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S'abonner

© leblogdejeannesmits



21 janvier, 2020

Mon intervention à l'“Acies Ordinata” de Münich, version française

Voici la traduction que j'ai faite de mon intervention lors de la conférence de presse qui a suivi notre heure de prière publique à proximité de la résidence du cardinal Marx, président de la conférence épiscopale allemande et proche conseiller du pape François, le samedi 18 janvier. L'un des principaux organisateurs d'« Acies Ordinata » (aciesordinata.org, de la Fondazione Lepanto),  le Pr Roberto de Mattei, qui lui-même a invité à cette occasion les catholiques allemands fidèles à ne pas payer la taxe ecclésiastique, m'avait priée d'aborder la question du ministère ordonné pour les femmes qui fait partie des revendications de la « voie synodale » des Allemands : la Synodaler Weg.


Dans une lettre cosignée par le cardinal Reinhard Marx et le professeur Thomas Sternberg, président du Comité central des catholiques allemands, envoyée en décembre dernier aux fidèles de ce pays, cette invitation a été lancée : parcourir « ensemble un chemin de changement et de renouveau ». Tout a commencé avec la volonté de « faire de l'Église un lieu sûr », à la suite du scandale des abus sexuels. Sur ce « chemin de changement », qui a été mis en place par l'équipe qui orchestre le "Synodalerweg" en vue d'aller dans une seule direction , la question de la place des femmes dans l'Eglise et dans les ministères ecclésiaux est l'un des quatre thèmes principaux.

Quel est son rapport avec les abus sexuels dans l'Église ? Quasi inexistant, sauf à considérer que le fait de mettre des femmes dans le chœur empêchera une minorité de pervers d'être attirés par les garçons et les jeunes.

En lisant les conclusions de la conférence conjointe du groupe de travail sur le cheminement synodal, j'ai été frappée par leurs attaques ouvertes contre la doctrine de l'Église sur la place des femmes. Il s'agit expressément d'adapter l'enseignement traditionnel, dans le monde entier, à ce qu'ils appellent la « théologie scientifique » et à l'idée générale et floue selon laquelle les choses ont changé et qu'il faut laisser les femmes accéder à toutes les places. Y compris au diaconat et peut-être même au sacerdoce.

A une époque où l'idéologie de genre est très répandue, il peut leur sembler judicieux de proclamer une forme d'interchangeabilité entre hommes et femmes qui conduirait finalement à ordonner des femmes ou des hommes prêtres sans tenir compte de leur sexe biologique : ce serait le comble de la confusion de genre.

Ils veulent une « Église qui respecte l'équité de genre », qui serait à leurs yeux la seule « vraie » Église. Dans cette Église à laquelle ils aspirent, les femmes continueraient de faire ce qu'elles font déjà, souvent magnifiquement : enseigner le catéchisme, transmettre la foi et l'amour de Dieu… Mais ils veulent aussi une Église où les femmes feront de plus en plus ce qu'elles n'ont commencé à faire que récemment : jouer un rôle actif dans la liturgie, distribuer la communion, voire prêcher comme l'a suggéré récemment le cardinal Marx et, en général, gérer des paroisses, des diocèses et pourquoi pas des dicastères entiers.

Si on peut avoir des généraux femmes, pourquoi pas des femmes évêques ? Le seul problème avec ce soi-disant argument est qu'on ne peut même pas argumenter contre les femmes « générales » sans être déclaré coupable de sexisme et de discrimination. Il semble que la voie synodale allemande veuille faire tomber l'Église dans un piège.

Il serait politiquement incorrect aujourd'hui de se moquer de la femme du vicaire si envahissante dans les communautés protestantes, mais au fond, les réformateurs synodaux semblent vouloir multiplier au sein de l'Église catholique le nombre de toutes ces redoutables dames d'Église qui découragent peut-être les hommes d'être des pratiquants réguliers... Ils parlent même de quotas de femmes dans les postes de direction, comme si l'Église n'était pas modelée sur la famille, mais sur le monde des affaires.

La vraie égalité, mais aussi les profondes différences et la complémentarité entre hommes et femmes ont été exprimées au cours des siècles par la profonde sagesse de l'Église. Elle attend des hommes qu'ils servent Dieu en tant qu'hommes, et des femmes qu'elles le fassent en tant que femmes. Et en cela elle se trompe, disent les réformateurs – non, les révolutionnaires – qui veulent réexaminer et réévaluer même l'Évangile, et vérifier si le refus traditionnel d'ordonner les femmes est « contraignant » ou non.

En tant que femme, journaliste – j'ai été auparavant directrice et rédactrice en chef de plusieurs publications – et catholique, je ne peux que dire combien je trouve pathétique cette approche égalitaire. Elle est pathétique et elle est même dangereuse pour ma foi et pour l'Église que j'aime, parce qu'elle est prête à bouleverser toute l'économie de la Rédemption, la vérité et la beauté des rôles respectifs de notre Seigneur Jésus, Fils de Dieu, et de la plus parfaite de toutes les créatures humaines, sa Vierge Mère.

Celle-ci n'a pas fait pression pour obtenir un rôle de premier plan, elle a tourné tous nos yeux vers Lui, son Fils, et pour cela elle savait que toutes les générations l'appelleraient bienheureuse. Elle était au pied de la Croix, non pour immoler mais pour offrir. Elle a souffert avec son Fils divin pour racheter l'humanité, mais elle n'a pas offert son propre corps aux clous et à la lance des bourreaux. Elle a reçu là la mission d'être la Mère miséricordieuse de nous tous. Son honneur était de servir, comme il est aussi, maintenant, de régner sur tout l'Univers, en tant que Reine, même des Anges. Il n'y a pas de meilleure théologienne qu'elle, qui a porté le Logos dans son esprit, dans son coeur et dans son sein.

Je crois que c'est un exemple plus que suffisant, et très difficile à suivre, même pour une femme. Je regrette que l'Église catholique en Allemagne tente de minimiser le rôle clef traditionnel des femmes afin de les laisser jouer à l'homme. C'est injuste pour les hommes, et c'est injuste pour les femmes, mais surtout, ce n'est pas juste envers Dieu, qui a défini le rôle de chacun dès le début, et qui a donné à une femme la toute première place, en raison de son humilité.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S'abonner

© leblogdejeannesmits



19 janvier, 2020

“Acies ordinata” à Münich

Samedi 18 janvier, une forte invocation a retenti sur l'Odeonplatz à Münich, non loin de la résidence du cardinal Reinhard Marx, ordinaire du lieu et initiateur du « chemin synodal » pour l'Allemagne dont il est le primat. « Acies Ordinata ! – Ora pro nobis ! »

Rangés comme une armée en bataille, une centaine de catholiques venus de près et de loin – Allemagne, Autriche, Italie, France… mais aussi du Royaume-Uni, du Canada, des Etats-Unis, suppliaient ainsi la Vierge qui est « forte comme une armée rangée en bataille » de prier pour que son Divin Fils vienne au secours de son Eglise ouverte aux vents de l'erreur et attaquée de manière inouïe jusque de l'intérieur.

Le « chemin synodal » dont prend la responsabilité ce cardinal qui fait partie du conseil le plus rapproché du pape François prône des croyances hérétiques et des innovations impossibles, comme l'abandon du célibat sacerdotal dans l'Eglise latine, la mise en place de ministères ordonnés pour les femmes, l'assouplissement de la morale…

Pendant une heure, les manifestants (dont j'étais) ont prié silencieusement sous le regard amusé, goguenard ou cynique des nombreux passants. Parmi ces « militants » – au sens de l'Eglise militante – un homme venu incognito, emmitouflé dans un gros manteau et un couvre-chef que justifiaient pleinement la froidure du jour : Mgr Carlo Maria Viganò. Honneur à lui.

L'heure écoulée, nous avons chanté un vigoureux Credo, en insistant sur ces mots : Et unam, sanctam, catholicam et aposolicam Ecclesia !

Je vous raconterai dans les jours qui viennent la conférence de presse qui fit suite à la prière publique. Où John-Henry Westen, fondateur et directeur de LifeSiteNews, le plus important site pro-vie anglophone, accusa le cardinal Marx d'avoir « du sang sur les mains » à cause de ses propos lénifiants vis-à-vis des homosexuels dont ils envisage de bénir les unions et auxquels il ne rappelle pas qu'ils jouent leur salut éternel.

Je suis moi-même intervenue pour dénoncer la proposition de créer des « ministères ordonnés » pour les femmes.

A bientôt.


• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S'abonner

© leblogdejeannesmits



16 janvier, 2020

Le “contrôle” de Mgr Gânswein sur Benoît XVI dénoncé par Mgr Carlo Maria Viganò

Voici ma traduction de la lettre publiée ce jour par Mgr Carlo Maria Viganò, dans laquelle il dénonce le « contrôle abusif et systématique exercé par Mgr Georg Gänswein sur le pape Benoît XVI. Source : LifeSiteNews (j'ai travaillé d'après la traduction anglaise réalisée par Diane Montagna). – J.S.

Témoignage Mgr Carlo Maria Viganò
Il est temps de révéler le contrôle abusif et systématique exercé par Mgr Georg Gänswein, archevêque, sur le Souverain Pontife Benoît XVI depuis le début de son pontificat.
Gänswein avait l'habitude de filtrer les informations, s'arrogeant le droit de juger de l'opportunité ou non de les envoyer au Saint-Père.
Je peux témoigner que, lorsque le pape Benoît m'a convoqué en audience le 4 avril 2011, quelques jours après que je lui ai envoyé ma première lettre (qui fut ensuite publiée illégalement à l’occasion de Vatileaks), j'ai dit au Souverain Pontife : « Je ne vous parlerai pas de la situation de corruption dans la gestion des Villas Papales, puisque je suppose que vous avez déjà pris connaissance de la note à ce sujet, que j'ai remise à votre secrétaire pour vous, en vue de cette audience. »
Le Saint Père, en toute simplicité et innocence, et sans montrer aucune surprise, me dit : « Non, je n'ai rien vu. »
Je témoigne également d'un autre événement qui montre comment Monseigneur Gänswein contrôlait les informations destinées au Saint-Père et conditionnait sa liberté d'action. A l'occasion de la canonisation de Marianne Cope et de Kateri Tekakwitha, ayant demandé par écrit au préfet de la maison papale de l'époque, Mgr James M. Harvey, à être reçu en audience par le Pape, et n'ayant reçu aucune réponse, je me suis adressé au même préfet le mardi 23 octobre 2012, lui demandant pourquoi je n'avais reçu aucune réponse à ma demande d'audience.
Je me souviens parfaitement de la circonstance, car Mgr Harvey m'a suggéré d'assister à l'audience générale le lendemain, afin que je puisse au moins saluer personnellement le Saint-Père, avec les autres évêques présents. Mgr Harvey m'a répondu par les mots suivants : « Gänswein m'a dit : “Mgr Viganò est la dernière personne qui puisse s'approcher du Pape Benoît !” »
Il a ensuite ajouté qu'au début de son pontificat, Benoît XVI, lui indiquant Gänswein avec son index, s'est exclamé : « Gestapo ! Gestapo ! »
Cette attitude sans scrupules se révéla dès le début de son pontificat, également à travers la détermination avec laquelle Gänswein réussit à éloigner du pape sa précieuse assistante et secrétaire, Ingrid Stampa, qu’en tant que cardinal Ratzinger il avait voulu avoir à ses côtés pendant bien plus d'une décennie, après la mort de sa sœur Maria Ratzinger.
De plus, on sait que pour échapper à ce contrôle total exercé sur sa personne par Gänswein, le pape Benoît allait souvent rendre visite à son précédent secrétaire spécial, Mgr Josef Clemens, invitant Ingrid Stampa à ces réunions familiales.

Je publie cette déclaration à la suite de ce que Mgr Gänswein a affirmé ces derniers jours à l'agence de presse ANSA, contredisant ce que le pape Benoît lui-même avait écrit dans sa correspondance avec le cardinal Sarah. Cette déclaration est une insinuation de nature sensationnelle et calomnieuse contre le très éminent cardinal Robert Sarah, que ce dernier a rapidement démentie.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S'abonner

© leblogdejeannesmits



10 janvier, 2020

“Le Pape dictateur” est toujours disponible – et toujours d'actualité !

Chers lecteurs,

Je vous propose d'acquérir via ce blog le livre que j'ai traduit en 2018 sur le pape François. Il reste d'une brûlante actualité et offre des clefs de lecture pour ce pontificat de plus en plus troublant, en même temps qu'il incite – je l'espère – ses lecteurs à prier toujours davantage pour l'Eglise et pour le pape.

En commandant rapidement, avant la fin du mois, vous bénéficierez de frais d'envoi inchangés malgré la hausse des tarifs postaux au 1er janvier. Ci-dessous, les différents forfaits pour un envoi en France, dans les DOM-TOM et dans le reste du monde (paiement par carte bancaire accepté).

Votre commande aidera à soutenir ce blog : je vous en remercie chaleureusement d'avance.






Commander en ligne
 
 


Si vous préférez régler votre commande par chèque, envoyez-moi un mail à jeanne.smits.blog@gmail.com afin que je vous donne la marche à suivre.



• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S'abonner


© leblogdejeannesmits



08 janvier, 2020

Marie, corédemptrice ? Au cœur de la Rédemption en tout cas, selon l’exorciste Francesco Bamonte, qui cite un démon : “Chacune de ses prières est une torture pour nous”

L’homélie du pape François à l’occasion de la fête de Notre-Dame de Guadalupe, le 12 décembre dernier, a fait couler beaucoup d’encre à cause de la manière désinvolte dont elle a écarté l’idée que l’Eglise pourrait définir un nouveau dogme de la « corédemption » à propos de la Mère de Dieu. « Quand on vient nous dire qu’il fallait la déclarer telle, ou faire cet autre dogme, ne nous perdons pas en bavardages », disait François (la traduction exacte du mot « tonteras » qu’il employait est plutôt « idioties »).
Le site hispanophone Portaluz, sans entrer dans ce débat, vient de rappeler comment le P. Francesco Bamonte, exorciste du diocèse de Rome et président de l’Association internationale des exorcistes présentait dans son livre de 2012, La Vierge Marie et le diable dans les exorcismes, la puissance de Marie face aux démons.
Je ne résiste pas au plaisir de traduire sommairement cet article, tant il est lumineux et riche de leçons pour notre temps.
Le livre du P. Francesco Bamonte – membre de la congrégation des Serviteurs du Cœur Immaculé de Marie – rapporte de nombreuses déclarations sur la Vierge Marie faites par les démons à travers les possédés aux cours de différents exorcismes. Le P. Bamonte témoigne de ce que Satan et ses démons sont alors obligés, parce que Dieu les y contraint, de reconnaître le pouvoir médiateur qu’Il a accordé à la Sainte Vierge Marie.
Portaluz cite nombre de ces témoignages rapportées par le P. Bamonte :
 « Un jour, après avoir réagi avec fureur parce qu'il ne voulait pas se soumettre à ce qui lui imposait une présence invisible – on a alors compris que c'était la Sainte Vierge – (le démon) s’est soudain exprimé ainsi : “Elle prie toujours pour vous tous ; chacune de ses prières est une torture pour nous.” » 
*
« Un autre jour, le diable, clairement affaibli par les louanges adressées à la Vierge Marie, a dit d'une voix hachée : “Elle demande que des prières soient dites pour tous les pécheurs et aussi pour ceux qui se sentent désespérés, car elle lit les cœurs et les justifie devant Dieu !” » 
« Dans un autre exorcisme, pendant qu’il se vantait des souffrances causées à quelques innocents, j'ai commencé à prier avec détermination : “Seigneur Jésus-Christ, alors que sur la croix tu semblais vaincu, alors qu'il semblait que la puissance des ténèbres avait gagné pour toujours, c'est vraiment Toi qui as gagné pour toujours.”
 « Et le diable répondit : “Tout est de sa faute, tout est de la faute de sa Mère (la Gospa). C'est pourquoi j'avais appris à cet idiot (il voulait parler de la personne qu'il tourmentait) à la haïr et elle a aussi réussi à surmonter cela. Elle (ici il faisait référence à la Vierge) prie toujours, elle ne se tait même pas un instant, et ses prières sont pour nous des coups de fouet.” » 
« Voici un épisode particulièrement émouvant : un jour, se tournant vers une image de la Vierge qui se trouvait dans la pièce où se réalisait l’exorcisme, le diable se mit à crier : “Pourquoi as-tu tout offert à Cette… ? (suivait un mot grossier) : pourquoi as-tu fait cela ? Pourquoi !” A ces expressions je lui ai commandé de répondre : “Que lui a-t-il été offert ?” Et le diable a répondu : “Sous la croix de Celui-là, elle a souffert !” Il se référait clairement à l’offrande faite par la Vierge au Père éternel d’elle-même et des souffrances de Jésus au moment de la crucifixion, et à son intercession maternelle pour nous à ce moment-là. Puis j’ai commencé à dire : “Souvenez-vous que Marie, au pied de la Croix, a offert Jésus au Père et qu’elle s’est offerte elle-même au Père avec Jésus. Pour nous, ses enfants, elle a offert ce sacrifice.” A ces mots, il s'est écrié, lançant des cris indescriptibles et visiblement accablé par la puissance rédemptrice qui découle du sacrifice du Christ et de Marie sur le Calvaire : “Assez, assez, ne me rappelle pas cela, assez, tu me brûles, tu me brûles !” » 
« Le diable, en une autre occasion, a exposé la puissance de l'intercession de Marie et la décision de Dieu de n’accorder aucune grâce à l'humanité sans l’imprégner de l’intercession de son Cœur Immaculé : “Vous ne le savez pas ou vous le savez, mais vous ne le croyez pas ou vous n’avez pas une foi suffisante : le Cœur Immaculé de Ma… ar… a (il prononçait ce nom au prix d’un effort énorme) sauvera le monde entier. Seulement son Cœur Immaculé !” » 
« L’intercession de la Sainte Vierge ne consiste pas seulement à prier pour nous et avec nous, pour obtenir à la fois la grâce sanctifiante et les grâces individuelles, mais aussi à présenter et à offrir à Dieu tout ce que nous lui donnons. Une fois, alors que nous présentions et offrions à la Vierge des prières, des joies, des souffrances et toute notre vie, ainsi que les tourments subis par le possédé, le diable, d’un ton soumis et humilié, évidemment parce que Dieu l’y contraignait, a dit : “Toutes les joies, toutes les douleurs, les souffrances, offertes à ce Cœur (de la Très Sainte Vierge Marie), sont de douces tendresses de profonde charité qu’elle accepte et offre de ses mains, en les élevant à la lumière du Créateur.” » 
-->
Le livre du P. Francesco Bamonte, La Vierge Marie et le diable dans les exorcismes, estdisponible ici.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S'abonner




© leblogdejeannesmits



 
[]