28 juin, 2022

Un retour marqué par l’extraordinaire nouvelle du renversement de “Roe v. Wade” !

Chers amis lecteurs, 

Je vous dois des excuses. Voici plus de deux mois que vous n’avez reçu aucun message depuis ce blog, et pourtant, des nouvelles, il y en a eu ! Bonnes et mauvaises, mais pour ce retour, je m’arrêterai sur la bonne : le renversement de “Roe v. Wade”, puisque le 24 juin dernier, la Cour suprême des Etats-Unis a émis une « opinion » très attendue par laquelle cinq juges contre quatre ont estimé que c’est à tort que la Cour avait déduit de la Constitution américaine et de ses amendements l’existence d’un « droit » à l’avortement. La réglementation de celui-ci est rendu au pouvoir politique au niveau des Etats – or la moitié des Etats américains sont favorables soit à l’interdiction de la mise à mort volontaire des enfants à naître, soit à sa limitation plus ou moins sévère.

La décision de la Cour a été rendue le 24 juin dernier à 10 h 10, heure locale à Washington.

C’était un jour remarquable à bien des points de vue : ceux qui scrutent les cieux ont noté la conjonction de cinq planètes alignées dans le ciel, événement astronomique exceptionnel qui ne se reproduira qu’en 2124.

C’était le jour de la naissance de la fondatrice de la Marche pour la Vie aux Etats-Unis, Nellie Gray.

L’Eglise célébrait la fête du Sacré-Cœur.

Elle fête d’ailleurs habituellement, le 24 juin, la nativité de saint Jean-Baptiste, qui reconnut le Messie incarné depuis quelques jours à peine, dès le sein de sa mère, lors de la visitation de sainte Elisabeth par sa cousine, la BienheureuseVierge Marie. Cette fête, transférée au lendemain, a en quelque sorte « encadré » cette grande victoire provie aux Etats-Unis, entre la Vigile de la Saint-Jean le 23 et sa fête transférée au 25.

Et encore ? En l’Evangile de saint Jean, on lit au chapitre 10, verset 10 : « Je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu‎’elles l‎’aient en abondance. »

Comment ne pas être frappé par ces « clins-Dieu » ?

J’ ai fait un long commentaire de la décision du 24 juin 2022, Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization que je vous invite à découvrir :

Historique, miraculeux, un triomphe pour la cause pro-vie ! Qui a dit qu’en politique, tout désespoir est une sottise absolue ? Les Etats-Unis viennent une fois de plus de le confirmer, avec le renversement par la Cour suprêmle de la décision Roe v. Wade qui impose depuis près de cinquante ans aux Etats fédérés de reconnaître aux femmes un « droit » à l’avortement. Cinquante ans au cours desquelles toutes les tentatives de mettre en place des restrictions à la mise à mort légale d’enfants à naître se sont fracassées sur la jurisprudence de la Cour suprême fédérale à Washington. Ce temps est révolu. La Constitution américaine, c’est confirmé par la décision Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization, ne pourra plus être invoquée au secours de l’avortement.
 
Voilà les vrais Etats-Unis… Lire la suite ici, sur reinformation.tv.

 


Plusieurs d’entre vous ont eu la gentillesse de demander de mes nouvelles au cours du long sommeil de ce blog, s’inquiétant même pour ma santé. Je vous remercie très chaleureusement de cette sollicitude ! Tout va bien ; j’ai simplement dû m’atteler il y a deux mois et demi à une tâche d’écriture assez ardue et très prenante qui ne m’a guère laissé de temps pour autre chose, sur le plan personnel, qu’un rare article pour LifeSiteNews, Reconquête ou Monde & vie… Et Reinformation. tv, comme indiqué plus haut. Je commence à en voir le bout, et essaierai d’être plus assidue ici !

P.S. Pour me faire pardonner,  je vous invite à découvrir Reconquête, la revue mensuelle du Centre Charlier et de Chrétienté-Solidarité, en faisant connaître vos coordonnées postales et électroniques à Centre Charlier, 70 boulevard Saint-Germain, 75005 Paris, tél. 01 40 46 96 31, ou par courriel via ce lien. Un exemplaire papier vous sera adressé gratuitement.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement.  S’abonner à la lettre d’informations : clic !





© leblogdejeannesmits

12 avril, 2022

Le “Chemin synodal” allemand mène au “schisme” : la mise en garde de 74 évêques et cardinaux

Plus de soixante-dix prélats, parmi lesquels quatre cardinaux (Napier, Burke, Pell et Arinze) et quinze archevêques, viennent d’adresser une « lettre ouverte fraternelle » à leurs « frères évêques d’Allemagne » pour les mettre en garde contre le « Chemin synodal » actuellement parcouru. Ils pointent la « confusion » que suscite ce Chemin et y voient des possibilités de schisme.

Au nom du Chemin synodal, une majorité de participants ont récemment voté pour la « bénédiction » des couples de même sexe et pour l’ordination des femmes, tandis que les enseignements moraux de l’Eglise étaient laissés de côté, y compris par la Conférence épiscopale allemande.

Sans détailler tous les écarts enregistrés à ce jour, les cardinaux et évêques signataires accusent nettement le Chemin synodal allemand de tourner le dos à la doctrine de l’Eglise en éliminant ce qui aurait dû constituer le fondement de sa réflexion : « la Parole de Dieu, une rencontre fidèle avec le Christ, la véritable écoute du Saint-Esprit, la soumission de nos volontés à la volonté du Père ».

Un Chemin en forme d’« impasse »…

Les rédacteurs de la lettre proposent une adresse courrielle pour les évêques qui souhaiteraient se joindre aux premiers signataires : episcopimundi2022@gmail.com.

Ci-dessous, ma traduction intégrale de la lettre des 74 évêques et cardinaux. – J.S.

*

À une époque où la communication mondiale est si rapide, les événements qui se produisent dans une nation ont inévitablement des répercussions sur la vie ecclésiale ailleurs. Ainsi, le processus du "chemin synodal", tel qu'il est actuellement mis en œuvre par les catholiques en Allemagne, a des implications pour l'Église dans le monde entier. Les Églises locales dont nous sommes les pasteurs et les nombreux catholiques fidèles dont nous sommes responsables sont également concernés.

Dans ce contexte, les événements survenus en Allemagne nous imposent d'exprimer notre inquiétude croissante quant à la nature de l'ensemble du processus du " Chemin synodal " en Allemagne et au contenu de ses différents documents. Nos commentaires ici seront volontairement brefs. Ils méritent, et nous y encourageons fortement, d'être approfondis (comme l'a fait, par exemple, la lettre ouverte de l'archevêque Samuel Aquila aux évêques catholiques du monde) par les évêques individuels. Néanmoins, l'urgence de nos remarques communes est enracinée dans Romains 12, et en particulier dans la mise en garde de Paul : Ne vous conformez pas à ce monde. Leur gravité découle de la confusion que le Chemin synodal a déjà entraînée et continue d'entraîner, et du potentiel de schisme qui en résultera inévitablement dans la vie de l'Église.


Le besoin de réforme et de renouveau est aussi vieux que l'Église elle-même. À la source, cet élan est admirable et ne devrait jamais être redouté. Bon nombre des personnes impliquées dans le processus du Chemin synodal sont sans aucun doute des personnes excellentes. Pourtant, l'histoire chrétienne est parsemée d'efforts reposant sur de bonnes intentions qui ont été vidés de leur enracinement dans la Parole de Dieu, dans une rencontre fidèle avec Jésus-Christ, dans une véritable écoute du Saint Esprit et dans la soumission de nos volontés à la volonté du Père. Ces efforts manqués ont fait fi de l'unité, de l'expérience et de la sagesse accumulée de l'Évangile et de l'Église. Parce qu'ils n'ont pas tenu compte des paroles de Jésus : " En dehors de moi, vous ne pouvez rien faire " (Jn 15, 5), ils n'ont pas porté de fruits et ont été dommageables à la fois pour l'unité et pour la vitalité évangélique de l'Église. Le Chemin synodal en Allemagne risque de conduire précisément à une telle impasse.

Nous adressant à vous en tant que vos frères dans l'épiscopat, nous sommes préoccupés par les points suivants, sans toutefois nous y limiter :

1. Faute d'écouter le Saint-Esprit et l'Évangile, les actions du Chemin synodal sapent la crédibilité de l'autorité de l'Église, y compris celle du pape François ; elles sapent l'anthropologie chrétienne et la morale sexuelle, ainsi que la fiabilité des Écritures.

2. Tout en affichant un vernis d'idées et de vocabulaire religieux, les documents du Chemin synodal allemand semblent largement inspirés non point par l'Écriture et la Tradition - qui, pour le Concile Vatican II, constituent "un unique dépôt sacré de la Parole de Dieu" - mais par l'analyse sociologique et les idéologies politiques contemporaines, y compris l'idéologie du genre. Ils abordent l'Église et sa mission à travers le prisme du monde plutôt qu'à travers le prisme des vérités révélées dans l'Écriture et dans la Tradition de l'Église qui fait autorité.

3. Le contenu du Chemin synodal semble également réinterpréter, et donc amoindrir, la signification de la liberté chrétienne. Pour un chrétien, la liberté est la connaissance, la volonté et la capacité non entravée de faire ce qui est juste. La liberté n'est pas "l'autonomie". La liberté authentique, comme l'enseigne l'Église, est liée à la vérité et ordonnée au bien, et ultimement, à la béatitude. La conscience ne crée pas la vérité, et la conscience n'est pas une question de préférence personnelle ou d'affirmation de soi. Une conscience chrétienne correctement formée reste soumise à la vérité sur la nature humaine et aux normes d'une vie juste révélées par Dieu et enseignées par l'Église du Christ. Jésus est la vérité, qui nous rend libres (Jn 8).

4. La joie de l'Évangile - essentielle à la vie chrétienne, comme le souligne si souvent le Pape François - semble totalement absente des discussions et des textes du Chemin synodal. C'est un défaut révélateur, s'agissant d'un effort qui vise le renouveau personnel et ecclésial.

5. Le processus du Chemin synodal, quasiment à chaque pas, est un travail d'experts et de comités : lourdement bureaucratique, obsessionnellement critique, replié sur lui-même. Il reflète donc lui-même une forme répandue de sclérose de l'Église et, ironie du sort, devient anti-évangélique dans son expression. Dans ses effets, le Chemin synodal montre davantage de soumission et d'obéissance au monde et aux idéologies qu'à Jésus-Christ, Seigneur et Sauveur.

6. L'accent mis par la Voie synodale sur le "pouvoir" dans l'Église suggère un esprit fondamentalement opposé à la nature réelle de la vie chrétienne. En dernière analyse, l'Église n'est pas simplement une "institution" mais une communauté organique, non pas égalitaire mais familiale, complémentaire et hiérarchique - un peuple soudé par l'amour de Jésus-Christ et par l'amour des uns pour les autres en son nom. La réforme des structures n'est pas du tout la même chose que la conversion des cœurs. La rencontre avec Jésus, telle qu'elle apparaît dans l'Évangile et dans la vie des saints au cours de l'histoire, change les cœurs et les esprits, apporte la guérison, détourne l'individu d'une vie de péché et de tristesse, et démontre la puissance de l'Évangile.


7. Le dernier problème, le plus angoissant et le plus immédiat, posé par le Chemin synodal allemand, est terriblement ironique. Par son exemple destructeur, celui-ci pourrait conduire certains évêques, et de nombreux laïcs par ailleurs fidèles, à se méfier de l'idée même de "synodalité", ce qui entraverait encore davantage le nécessaire colloque de l'Église sur l'accomplissement de sa mission de convertir et de sanctifier le monde.

En ces temps de confusion, la dernière chose dont notre communauté de foi ait besoin, c'est d'encore plus de confusion. Alors que vous discernez la volonté du Seigneur pour l'Eglise en Allemagne, soyez assurés de nos prières pour vous.

  • Cardinal Francis Arinze (Onitsha, Nigeria)
  • Cardinal Raymond Burke (archevêque émérite de St. Louis, Missouri, USA)
  • Cardinal Wilfred Napier (archevêque émérite de Durban, Afrique du Sud)
  • Cardinal George Pell (archevêque émérite de Sydney, Australie)
  • Mgr Samuel Aquila, archevêque (Denver, Colorado, USA)
  • Mgr Charles Chaput, archevêque émérite (Philadelphie, Pennsylvanie, USA)
  • Mgr Paul Coakley, archevêque (Oklahoma City, Oklahoma, USA)
  • Mgr Salvatore Cordileone, archevêque (San Francisco, Californie, USA)
  • Mgr Damian Dallu, archevêque (Songea, Tanzanie)
  • Mgr Joseph Kurtz, archevêque émérite (Louisville, Kentucky, USA)
  • Mgr J. Michael Miller, archevêque (Vancouver, Colombie britannique, Canada)
  • Mgr Joseph Naumann, archevêque (Kansas City, Kansas, USA)
  • Mgr Andrew Nkea, archevêque (Bamenda, Cameroun)
  • Mgr Renatus Nkwande, archevêque (Mwanza, Tanzanie)
  • Mgr Gervas Nyaisonga, archevêque (Mbeya, Tanzanie)
  • Mgr Gabriel Palmer-Buckle, archevêque (Cape Coast, Ghana)
  • Mgr Terrence Prendergast, archevêque émérite (Ottawa-Cornwall, Ontario, Canada)
  • Mgr Jude Thaddaeus Ruwaichi, archevêque (Dar-es-Salaam, Tanzanie)
  • Mgr Alexander Sample, archevêque (Portland, Oregon, USA)
  • Mgr Joseph Afrifah-Agyekum (Koforidua, Ghana)
  • Mgr Michael Barber (Oakland, Californie, USA)
  • Mgr Herbert Bevard, évêque émérite (St. Thomas, Îles Vierges américaines)
  • Mgr Earl Boyea (Lansing, Michigan, USA)
  • Mgr Neal Buckon (Auxiliaire, Services militaires, USA)
  • Mgr William Callahan (La Crosse, Wisconsin, USA)
  • Mgr Massimo Camisasca, évêque émérite (Reggio Emilia-Guastalla, Italie)
  • Mgr Liam Cary (Baker, Oregon, USA)
  • Mgr Peter Christensen (Boise, Idaho, USA)
  • Mgr Joseph Coffey (Auxiliaire, Services militaires, USA)
  • Mgr James Conley (Lincoln, Nebraska, USA)
  • Mgr Thomas Daly (Spokane, Washington, USA)
  • Mgr John Doerfler (Marquette, Michigan, USA)
  • Mgr Timothy Freyer (Auxiliaire, Orange, Californie, USA)
  • Mgr Donald Hying (Madison, Wisconsin, USA)
  • Mgr Daniel Jenky, évêque émérite (Peoria, Illinois, USA)
  • Mgr Stephen Jensen (Prince George, Colombie Britannique, Canada)
  • Mgr William Joensen (Des Moines, Iowa, USA)
  • Mgr James Johnston (Kansas City-St. Joseph, Missouri, USA)
  • Mgr David Kagan (Bismarck, Dakota du Nord, USA)
  • Mgr Flavian Kassala (Geita, Tanzanie)
  • Mgr Carl Kemme (Wichita, Kansas, USA)
  • Mgr Rogatus Kimaryo (Same, Tanzanie)
  • Mgr Anthony Lagwen (Mbulu, Tanzanie)
  • Mgr David Malloy (Rockford, Illinois, USA)
  • Mgr Gregory Mansour (Eparchie de Saint Maron de Brooklyn, New York, USA)
  • Mgr Simon Masondole (Bunda, Tanzanie)
  • Mgr Robert McManus (Worcester, Massachusetts, USA)
  • Mgr Bernadin Mfumbusa (Kondoa, Tanzanie)
  • Mgr Filbert Mhasi (Tunduru-Masasi, Tanzanie)
  • Mgr Lazarus Msimbe (Morogoro, Tanzanie)
  • Mgr Daniel Mueggenborg (Reno, Nevada, USA)
  • Mgr William Muhm (Auxiliaire, Services militaires, USA)
  • Mgr Thanh Thai Nguyen (Auxiliaire, Orange, Californie, USA)
  • Mgr Walker Nickless (Sioux City, Iowa, USA)
  • Mgr Eusebius Nzigilwa (Mpanda, Tanzanie)
  • Mgr Thomas Olmsted (Phoenix, Arizona, USA)
  • Mgr Thomas Paprocki (Springfield, Illinois, USA)
  • Mgr Kevin Rhoades (Fort Wayne-South Bend, Indiana, USA)
  • Mgr David Ricken (Green Bay, Wisconsin, USA)
  • Mgr Almachius Rweyongeza (Kayanga, Tanzanie)
  • Mgr James Scheuerman (Auxiliaire, Milwaukee, Wisconsin, USA)
  • Mgr Augustine Shao (Zanzibar, Tanzanie)
  • Mgr Joseph Siegel (Evansville, Indiana, USA)
  • Mgr Frank Spencer (Auxiliaire, Services militaires, USA)
  • Mgr Joseph Strickland (Tyler, Texas, USA)
  • Mgr Paul Terrio (St. Paul en Alberta, Canada)
  • Mgr Thomas Tobin (Providence, Rhode Island, USA)
  • Mgr Kevin Vann (Orange, Californie, USA)
  • Mgr Robert Vasa (Santa Rosa, Californie, USA)
  • Mgr David Walkowiak (Grand Rapids, Michigan, USA)
  • Mgr James Wall (Gallup, Nouveau Mexique, USA)
  • Mgr William Waltersheid (Auxiliaire, Pittsburgh, Pennsylvanie, USA)
  • Mgr Michael Warfel (Great Falls-Billings, Montana, USA)
  • Mgr Chad Zielinski (Fairbanks, Alaska, USA)


• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement.  S’abonner à la lettre d’informations : clic !


• Voulez-vous soutenir matériellement ce blog ? C'est possible !

Ce blog est d'accès gratuit ; son objectif est de toucher le plus grand nombre de personnes possible. Pour pouvoir maintenir le rythme des parutions – puisqu’écrire est mon métier, et que la plupart des articles et traductions publiés ici (comme l’article que vous venez de lire) le sont à titre bénévole – votre aide financière serait précieuse. D’avance grand merci à ceux d'entre vous qui verseront une libre participation via ce lien : paypal.me/SmitsJeanne.

Pour contribuer par chèque, me contacter en écrivant à jeanne.smits.blog@gmail.com.


© leblogdejeannesmits

31 mars, 2022

Prière pour hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, par Mgr Athanasius Schneider

Prière pour hâter le triomphe du
Cœur Immaculé de Marie


Ô Cœur Immaculé de Marie, Sainte Mère de Dieu et notre tendre Mère, tournez votre regard vers la détresse où vit l'humanité tout entière à cause de la montée du matérialisme, de l'impiété et de la persécution de la foi catholique. 
En ces temps qui sont les nôtres, le Corps mystique du Christ saigne d’un si grand nombre de blessures, infligées au sein même de l’Église par la propagation d'hérésies en toute impunité, la justification des péchés contre le sixième commandement, la recherche du royaume de la terre plutôt que de celui du ciel, les horribles sacrilèges contre la très sainte Eucharistie, en particulier à travers la pratique de la communion dans la main, et la forme protestante donnée à la célébration de la sainte Messe.
Au milieu de ces épreuves, la lumière de la consécration de la Russie à votre Cœur Immaculé par le Pape, en union avec les évêques du monde, a surgi. A Fatima, vous avez demandé la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Suppliez votre Divin Fils d’accorder une grâce spéciale au Pape, pour qu’il approuve la communion de réparation les premiers samedis. 
Que Dieu tout-puissant hâte le moment où la Russie se convertira à l’unité catholique, où l’humanité bénéficiera d’un temps de paix et où sera donné à l’Église un authentique renouveau dans la pureté de la foi catholique, le caractère sacré du culte divin et la sainteté de la vie chrétienne. O Médiatrice de toutes les grâces, O Reine du très saint Rosaire, et notre douce Mère, tournez vers nous vos yeux miséricordieux et exaucez avec bonté notre prière confiante. Amen.

+ Athanasius Schneider




• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement.  S’abonner à la lettre d’informations : clic !



© leblogdejeannesmits

29 mars, 2022

Quelques réflexions sur la consécration de la Russie au Cœur Immaculé (et un point de vue russe révélateur)

Nous l’avons vu de nos yeux, l’événement que nous attendions et qui nous semblait impossible, surtout sous ce pontificat. Le vendredi 25 mars, en la fête de l’Annonciation, au terme d’une « cérémonie pénitentielle » consistant à encourager les fidèles à réaliser leur examen de conscience et à faire une confession sacramentelle, le pape François a « solennellement » consacré « l’humanité tout entière, et particulièrement la Russie et l’Ukraine », au Cœur Immaculé de Marie.

Il l’a fait devant une statue de Notre Dame de Fatima, au même moment où l’aumônier pontifical, le cardinal Konrad Krajewski, prononçait à la demande du pape la même consécration à Fatima devant la statue de Notre Dame dans la petite chapelle des apparitions, là-même où en 1917 la Vierge avait annoncé qu’elle demanderait la consécration de la Russie à son Cœur Immaculé.

*


Je sais qu’il existe une controverse au sujet de l’accomplissement de cette demande : on reproche au pape de n’avoir pas nommé Fatima, d’avoir nommé « le monde », et dans la formule de consécration elle-même, « l'humanité » et l’« Ukraine » outre la Russie, de ne pas avoir précisé qu’il s’agissait d’un acte de réparation, de ne pas avoir évoqué la « communion réparatrice des cinq premiers samedis du mois », d’avoir simplement « demandé » aux évêques du monde de s’unir à la consécration sans le leur « ordonner », de n’avoir pas évoqué la conversion de la Russie que la Vierge a promise, et d’avoir inclus des termes païens dans l’acte de consécration en désignant Marie comme « terre du ciel »… Je reviendrai plus tard sur ce dernier point.

Ces critiques atteignent parfois une violence étonnante, si l’on considère qu’aucun des huit actes de consécration posés par les papes Pie XII, Paul VI et Jean-Paul II n’a seulement nommé la Russie en tant que nation, qu’aucune n’a été réalisée solennellement avec les évêques du monde entier, qu’aucun de ces papes n’a approuvé explicitement la dévotion des cinq premiers samedis. Certains commentateurs sont allés cette fois jusqu’à redouter qu’un mot de travers ou l’absence de telle ou telle mention pourrait déclencher des catastrophes, ce qui dénote une curieuse conception de l’amour maternel de Marie pour tous ses enfants… Comment croire qu’une telle prière ne soit pas entendue, et que des grâces ne nous soient offertes en retour !

Depuis Rome nous est venu encore un autre son de cloche : le P. Stefano Cecchin, franciscain, président de l’Académie pontificale mariale internationale, expliquant, dans une interview publiée en anglais par Vatican News quelques heures avant l’acte de consécration, sa « signification théologique ». Il évoquait un « renouvellement de la consécration » (c’est ainsi qu’on s’efforce de la présenter, ainsi que l’a fait par exemple KTO lors de la retransmission du 25 mars, pour bien faire comprendre que les précédentes avaient été faites selon la demande de Notre Dame).

Pour Cecchin, la demande faite par le pape aux évêques du monde entier relève avant tout du « concept de synodalité » qu’il évoque si souvent. Le franciscain minimise le lien avec Fatima, affirmant qu’il faut toujours se tourner vers Marie dans les moments difficiles, comme l’Eglise l’a souvent fait.

*


Pourtant, en suppliant le pape François « d’accomplir publiquement l’acte de consécration au Sacré-Cœur Immaculé de Marie de l’Ukraine et de la Russie, comme demandé par la Sainte Vierge à Fatima », les évêques ukrainiens de rite latin ont clairement fait ce lien. Et si le pape ne l’a pas nommée, il n’y avait pas la moindre ambiguïté quant au fait qu’il s’adressait à Notre Dame de Fatima, puisque c’est devant son image qu’il a prononcé l’acte de consécration.

L’attention portée à plusieurs éléments des demandes de la Vierge est manifeste dans l’acte de consécration lui-même. « Avec honte nous disons : pardonne-nous, Seigneur !… Nous confions et consacrons solennellement… en particulier [“spécialement” en italien] la Russie et l’Ukraine… » Réparation, solennité, mention de la Russie. Cela ne peut être l’effet du hasard.

La participation des évêques du monde a été spectaculaire, inattendue elle aussi : en France, c’est la quasi-totalité des évêques qui ont participé, pour la plupart quasiment au pied-levé dans leur cathédrale quand cela était possible.

Peut-on évoquer ici l’humour de Dieu ? C’est un pape progressiste et même maître de la confusion qui a pris la peine de mieux répondre à certaines demandes de Notre Dame, donnant implicitement raison aux « traditionalistes » qui déploraient le caractère insuffisant des consécrations antérieures. De plus, venant d’un pape évidemment progressiste, la demande faite aux évêques n’a pu que mobiliser même les plus modernes d’entre eux (tandis que les plus traditionnels y ont répondu tout naturellement, et avec joie). C’était finalement plus facile pour lui que pour un autre…

Doit-on d’ailleurs lui reprocher de ne pas avoir mentionné la communion réparatrice des cinq premiers samedis – demande adressée par la Vierge de Fatima à chacun, et dont chacun de nous est responsable ? Devait-il « ordonner » aux évêques de participer, au lieu d’en appeler à leur liberté, à leur libre adhésion ? Questions bien secondaires, me semble-t-il. Il me semble qu’il faut plutôt retenir que le monde entier a pu entendre et voir un pape consacrer nommément et solennellement la Russie au Cœur Immaculé. 
Frappante aussi, et combien touchante, fut l’évocation dans le texte de consécration de la Vierge de Guadalupe, citée en ses mots à saint Juan Diego : « Ne suis-je pas ici, moi qui suis ta mère ? » Ce sont sans doute les mots les plus consolants que notre pauvre humanité puisse entendre, et il me plaît de rappeler ici les phrases dont la citation fut extraite :

« Écoute-moi bien, mon petit, le plus petit, et mets bien ceci dans ton cœur : ce qui
t’afflige, ce qui t’effraye n’est rien. Que ton visage ne se trouble aucunement, non plus que ton cœur. Ne crains pas cette maladie, ni aucune autre épreuve, n’aie nulle angoisse, nulle peine. Ne suis-je pas là moi qui suis ta mère ? N’es-tu pas sous mon ombre, sous ma protection ? N'est-ce pas moi qui suis ta santé ? N’es-tu pas au creux de mon manteau, dans mon giron ? Que te faut-il de plus ? Non, n’aie nulle angoisse, aucune amertume… »

*


Quels fruits peut apporter une consécration au Cœur Immaculé de Marie, fût-elle incomplète ? Au Portugal, huit mois après la reconnaissance par l’Eglise de l’authenticité des apparitions de Fatima par l’évêque de Leiria, au terme du premier pèlerinage national des évêques du pays, le 13 mai1931, le cardinal Manuel Cerejeira consacra « le destin du Portugal » au Cœur Immaculé de Marie. Le Portugal, en proie à un sécularisme et à un anticléricalisme violents, sous la coupe des francs-maçons, était largement déchristianisé… Un an après cette consécration, de manière pacifique, Antonio de Oliveira Salazar arrivait au pouvoir et promouvait le corporatisme chrétien ; le Portugal fut préservé des horreurs de la Seconde Guerre mondiale ; on baptisa à tours de bras et le pays retrouvait la foi avec une rapidité inouïe.

*


Qu’en est-il, pour finir, de la perception russe de l’acte de consécration le 25 mars dernier ? Le pape a fait fi du désagrément des orthodoxes russes qui n’ont pas été franchement ravis, comme on a pu le lire ici et là.

Je me tourne, pour un avis russe qu’on pourrait qualifier de « proche du pouvoir », vers le site du thinktank russe Katehon, dont le conseil d’administration est présidé par Konstantin Malofeev, patron de Tsargrad et de la Fondation Saint Basile le Grand qui a si bonne presse parmi nombre de nos amis catholiques et pro-famille. Le théoricien gnostique Alexandre Douguine, chantre de la « voie de la main gauche… destructrice, terrible », qui « ne connaît que la colère et la violence ». Je l’ai évoqué ici. Douguine apparaît en deuxième place au conseil d’administration de Katehon, sur la seule version russe du site.

La version anglaise de Katehon publiait vendredi dernier, en la fête de l’Annonciation, un commentaire du Polonais Konrad Rekas intitulé : « Mongoles – Octobre – Ukraine. Position katehonique de la guerre présente ».

Se réjouissant de la coupure de la Russie par rapport à l’Occident, Rekas écrit : « En construisant un nouveau rideau de fer, l’Occident fait un cadeau à la Russie, quasiment le même que la Révolution d’Octobre et l’invasion mongole.  Après tout, c’est grâce au célèbre règne mongol que cette partie de la Ruthénie a évité l’occidentalisation, et donc retardé les processus de périphérisation.  À leur tour, la Révolution d’octobre et les bolcheviks ont interrompu de manière katéhonique le processus de libéralisation de la Russie qui la faisait entrer dans la sphère d’influence du grand capital.  La guerre d’Ukraine (à en juger par la détermination de Moscou - tout à fait consciente) est la troisième de ces grandes chances.  Une chance que nous ne pouvons, malheureusement, qu’envier à nos frères russes. »

Affirmant que Poutine « chausse tout d’un coup les souliers d’Alexandre Douguine » en menant cette « nouvelle résistance face à l’Occident », Rekas se demande ce qu’il en est d’une « croisade de Fatima ». Et d’expliquer :

Qu’il s’agisse d’une véritable guerre de civilisation, l’attitude du Vatican le prouve également.  La décision du Pape François de consacrer la Russie au Cœur Immaculé de Marie (faisant fatalement plaisir à certains traditionalistes catholiques) - est une déclaration politique de grande importance et même d’une énorme nocivité.  Cette mesure est perçue par les chrétiens orthodoxes comme une bénédiction du remake de la quatrième croisade, avec Moscou dans le rôle de Constantinople conquise par les anti-croisés occidentaux.  Pour tout orthodoxe, cela se présente comme suit : l’évêque de Rome (qui a lui-même rejeté son propre titre de patriarche d’Occident) consacre une zone située en dehors de sa juridiction canonique à un dogme non déclaré par le Conseil œcuménique.  Politiquement, pour les orthodoxes, cet appel est le suivant : « Faites que la Russie devienne catholique romaine, je vous bénis ! »  La seule plaisanterie réside dans le fait que l’éventuelle invasion de la Russie ne se fera pas sous la bannière des marquis de Montferrat, mais directement par la néo-Venise mondialiste.  Agissant ouvertement, même sans le staff romain-catholique.  En clair, à l’Est, cela ressemble à ceci : l’Église de Rome rejoint l’OTAN et McDonalds.

Donc, en parlant un peu plus politiquement : les deux principaux courants idéologiques de l’Occident, le libéralisme et le conservatisme (car c’est ainsi que l’Église catholique est perçue et comprise, indépendamment de ce que le réactionnaire marginal pourrait penser du pape actuel) s’unissent contre la Russie.  On pourrait imaginer d’autres projets capables d’encourager nos frères russes à la prochaine Grande Guerre Patriotique – mais je dois admettre que jusqu’à présent, ils ont presque tous été utilisés.  Malheureusement, les évêques catholiques romains ont béni les chapelets de diverses troupes lorsqu’elles sont allées combattre la Russie – et cela ne s’est jamais bien terminé. Surtout pour le catholicisme romain...

Cette thématique anti-catholique est bien présente, et depuis longtemps, sur Katehon. Rappelons que Malofeev, chez qui ce texte est publié, est proche de Poutine (on dit même que les deux hommes ont le même confesseur).

Mais tout est entre les mains de la Vierge Marie, et en son Cœur Immaculé.


• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement.  S’abonner à la lettre d’informations : clic !


• Voulez-vous soutenir matériellement ce blog ? C'est possible !

Ce blog est d'accès gratuit ; son objectif est de toucher le plus grand nombre de personnes possible. Pour pouvoir maintenir le rythme des parutions – puisqu’écrire est mon métier, et que la plupart des articles et traductions publiés ici (comme l’article que vous venez de lire) le sont à titre bénévole – votre aide financière serait précieuse. D’avance grand merci à ceux d'entre vous qui verseront une libre participation via ce lien : paypal.me/SmitsJeanne.

Pour contribuer par chèque, me contacter en écrivant à jeanne.smits.blog@gmail.com.


© leblogdejeannesmits

25 mars, 2022

Consécration au Cœur Immaculé : mon tour de France des évêques

J’ai fait le compte. Sur les 91 évêques français appelés à s’unir à l’acte de consécration de la Russie et de l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie (je compte l’évêque aux Armées et je retranche les sièges vacants), ils seront certainement 86 à le faire effectivement demain, 25 mars. Soit 95 %. 

Sur le petit nombre qui reste, rien ne permet d’affirmer d’emblée qu’ils ne se joindront pas à cette consécration tant attendue : tous les sites des diocèses ne sont pas à jour, ni les pages Facebook, et tous les services de communication ne sont pas en mesure de répondre au quart de tour lorsqu’on les sollicite.

De mon côté – chers lecteurs, si vous avez des infos, je suis preneuse ! – je n’ai compté qu’un diocèse, celui d’Agen, qui semblait n’annoncer ni la consécration qui aura lieu à Rome par le pape François, ni la participation de son évêque Mgr Herbreteau. Renseignement pris, celui-ci est empêché par son état de santé mais tous les prêtres diocésains ont été personnellement avertis et les fidèles invités à suivre la cérémonie romaine. En fait, il apparaît que l’élan d’adhésion des évêques de France a été quasi unanime.

Quatre autres diocèses – Auch, Digne, Langres, Pamiers – annoncent l’événement romain à la une de leurs sites internet sans donner de précision sur la participation de leur évêque. Ici l’importance donnée à la consécration par la communication diocésaine incite à croire que les évêques sont mobilisés d’une façon ou d’une autre. (L'évêque de Langres évoque la consécration ce 25 mars mais sans donner de précision quant à sa participation.)

Il en reste un pour faire le compte. C’est le mouton noir, si l’on peut dire : Mgr Jean-Paul Gusching, évêque de Verdun. Et ici, ce n’est pas d’un refus de participer qu’il s’agit, mais d’une décision de faire carrément autre chose. Ainsi qu’on peut le lire sur la page Facebook du diocèse, Mgr Gusching a décidé de comprendre que le pape François, en annonçant qu’il consacrera la Russie et l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie, le fera en « invitant les peuples à prier ensemble ». Il en a déduit qu’il fallait organiser une « prière interreligieuse », non dans une église ou au cours d’un office catholique, mais à l’Ossuaire de Douaumont.

« C’est dans ce lieu hautement symbolique de la réconciliation et de la paix entre les peuples que M. Abdelkrim Aït El Kaid, Imam de Verdun, M. Jean-Claude Levy, représentant de la communauté juive de Verdun et Monseigneur Jean-Paul Gusching, évêque de Verdun » invitent chacun à se joindre à eux. Démarche qui a valu à Mgr Gusching la couleur rouge sur mon tableur où progressivement, entre hier et aujourd’hui, tous les autres viraient du gris au vert…

Mais il est le seul, et c’est tout le paradoxe de la situation. Ce que des papes autrement plus traditionnels que le pape François n’étaient jamais parvenus à faire ou n’avaient pas voulu faire – consacrer nommément et précisément la Russie au Cœur Immaculé de Marie en union avec les évêques du monde – est justement à la portée de notre actuel souverain pontife. Et il est d’autant plus difficile de lui dire « non » que ce sont les évêques catholiques d’Ukraine qui ont insisté pour qu’il réponde aux demandes de la Vierge de Fatima. C’est lui qui fait fleurir son image dans le monde entier. C’est lui qui la fait invoquer par toute la terre sous un vocable que les « modernes » avaient largement rejeté. Même le cardinal Ratzinger, commentant le message de Fatima en 2000, affirmait que cette dévotion au Cœur Immaculé était « surprenante pour des personnes provenant de l’aire culturelle anglo-saxonne et allemande », s’efforçant de montrer que cela désigne « dans le langage de la Bible le centre de l’existence humaine, la jonction entre la raison, la volonté, le tempérament et la sensibilité, où la personne trouve son unité et son orientation intérieure ».

Certes. Mais qui ne comprend ce qu’est le Cœur de Jésus qui ne garda pas une seule goutte de son Précieux Sang, entièrement déversé pour nous ? Et que le cœur d’une mère – d’une Mère telle la Vierge Marie – ne cesse jamais de battre pour ses enfants.

Revenons à nos évêques. Ayant fait le tour des sites et des pages internet diocésains, ayant sollicité de nombreux services de communication pour voir quelle est précisément leur réponse à l’appel du pape, je constate un réel enthousiasme. Certains organisent même des processions.

Des offices sont prévus dans de nombreuses églises paroissiales, chapelles (et prieurés),oné notamment là où l'on célèbre habituellement la messe traditionnelles. Impossible d’en faire le tour. Ci-dessous, le tour de France métropolitaine (et Corse) des réponses épiscopales à la demande de consécration.

*

  • Agen, Mgr Hubert Herbreteau. L’évêque est empêché par son état de santé, mais tous les prêtres du diocèse ont été avertis, et les fidèles invités à suivre la cérémonie à Rome.

  • Aire et Dax, Mgr Nicolas Souchu. « Le 25 mars, Mgr Souchu sera à Rome. Bien entendu, il s’unit à la consécration de l’Ukraine et de la Russie par le Pape François. Dans le diocèse d’Aire et Dax, plusieurs temps de prière seront organisés, notamment en la cathédrale de Dax, en la basilique Notre-Dame de Buglose ou encore à Aire-sur-l’Adour et Mont-de-Marsan », m’a répondu le service de communication.

  • Aix et Arles, Mgr Christophe Dufour. « Mgr Dufour s’unira à cette consécration à la cathédrale Saint Sauveur d’Aix-en-Provence aujourd’hui à 18h30. »

  • Ajaccio, Mgr François Bustillo. « Mgr Bustillo, en déplacement, a demandé qu’une messe soit célébrée le 25 à 17 h à la cathédrale d’Ajaccio.

  • Albi, Mgr Jean Legrez. « Mgr Jean Legrez se joindra à cette prière vendredi 25 mars à 17 h en la cathédrale Sainte-Cécile et appelle tous à s’y unir. »

  • Amiens, Mgr Gérard Le Stang. Vendredi 25 mars, 20 h 30, veillée de prière pour la paix : procession, chapelet, complies.

  • Angers, Mgr Emmanuel Delmas. Le service de presse m’a confirmé qu’il s’unira à la consécration et a invité toutes les paroisses à se joindre à cette initiative.

  • Angoulême, Mgr Hervé Gosselin. « En communion avec la décision du Pape de consacrer l’Ukraine et la Russie au Cœur immaculé de Marie le 25 mars prochain, une messe présidée par Mgr Gosselin, sera célébrée à cette intention le 25 mars à 18h à Roumazières, lors de la visite pastorale de la paroisse ND des terres en Haute Charente en présence de la communauté portugaise. »
  • Annecy, Mgr Yves Boivineau. « Mgr Yves Boivineau, présidera la célébration des vêpres à la Basilique de la Visitation, à 17h30, suivie de la prière de consécration à Marie, et d’un temps d’adoration. Les paroisses sont invitées à s’unir à ce temps de prière, selon les modalités qui leur seront propres. »

  • Arras, Mgr Olivier Leborgne. « Mgr Leborgne présidera une messe ce vendredi 25 mars à 17h en la cathédrale d’Arras.  Au cours de l’eucharistie, l’Acte de consécration sera lu. 

  • Autun, Mgr Benoît Rivière. « Monseigneur Rivière est actuellement en retraite sacerdotale avec les prêtres du diocèse d’Autun. Il s’unira en effet à cette prière, avec les prêtres présents à cette retraite. »

  • Avignon, Mgr François Fonlupt. Mgr François Fonlupt présidera un temps de prière à la Métropole Notre-Dame des Doms ce vendredi 25 mars à 17h00. Les curés des cathédrales du diocèse accueilleront également tous ceux qui voudront s’associer à cette prière. Ainsi, vous pouvez rejoindre vos pasteurs à la cathédrale Ste Anne d’Apt, St Siffrein de Carpentras, Notre-Dame de l’Annonciation de Cavaillon, Notre-Dame de Nazareth d’Orange, Notre-Dame de Nazareth Vaison la Romaine. D’autres lieux de rassemblement pourront être proposés.

  • Armées, Mgr Antoine de Romanet. « Monseigneur de Romanet se rendra en la basilique de Montmartre vendredi, pour la messe à 18 h 30. »

  • Bayeux-Lisieux, Mgr Jacques Habert. « À 17h, en la cathédrale Notre-Dame de Bayeux, Mgr Habert présidera la prière du chapelet puis les vêpres. »

  • Bayonne, Mgr Marc Aillet. « En communion avec les évêques du monde entier, le pape François consacrera la Russie et l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie, vendredi 25 mars, en la fête de l’Annonciation, dans la basilique Saint-Pierre de Rome. Monseigneur Marc Aillet s’associera publiquement à cette consécration, à 17h, à la cathédrale Sainte Marie de Bayonne. »

  • Beauvais, Noyon, Senlis, Mgr Jacques Benoit-Gonnin. A la Cathédrale de Senlis à 17 h, il sera possible de s’associer à la célébration romaine (diffusée sur écran). Le Père Yuriy Leschchynskyy curé de la paroisse ukrainienne de Senlis, le père Séraphin Yanogo, curé de la paroisse de Senlis et notre évêque seront ensemble pour ce moment. A 18 h 30, Mgr et le Père Séraphin Yanogo célébreront une messe à la Cathédrale de Senlis. A 19 h 00 le Père Yuriy Leschchynskyy célébrera une messe à l’église ukrainienne de Senlis. A l’issue, Mgr Jacques Benoit-Gonnin rejoindra l’église ukrainienne pour une veillée de prière avec la communauté ukrainienne mais aussi tous ceux du diocèse qui voudront s’y associer autour des reliques de Sainte Thérèse de Lisieux.

  • Belfort Montbéliard, Mgr Denis Jachiet. « En union avec cette démarche, une messe solennelle sera célébrée ce même jour par notre évêque Mgr Jachiet, à la Cathédrale à 18 h 30. »

  • Belley Ars, Mgr Pascal Roland. A la cathédrale de Belley 17 h : Adoration eucharistique animée et prière de consécration. 18 h : Messe de l’Annonciation. A la co-cathédrale de Bourg-en-Bresse 18 h 30 : Messe de l’Annonciation et prière de consécration. Au Sanctuaire d’Ars, 18 h : Messe de l’Annonciation présidée par Mgr Roland et prière de consécration à la Basilique. Au Sanctuaire de Cuet 18 h : Messe de l’Annonciation et prière de consécration.

  • Besançon, Mgr Jean-Luc Bouilleret. « Dans notre diocèse, Mgr Jean-Luc Bouilleret célébrera l’eucharistie vendredi 25 mars à 18 h 15 à la cathédrale. Les paroisses sont invitées à s’unir à cette démarche. »

  • Blois, Mgr Jean-Pierre Batut. 7h15, Cathédrale Saint-Louis. 17 h  Depuis la cathédrale Saint-Louis vers le sanctuaire Notre-Dame des Aydes. 20 h - Basilique Notre-Dame de la Trinité. En réponse à l’appel du pape François, tous les diocésains sont invités à rejoindre, ou à s’unir en pensée et prière, le vendredi 25 mars 2022, aux trois démarches proposées par le diocèse de Blois.

  • Bordeaux, Mgr Jean-Paul James. « Mgr James s’associera à la consécration faite par le pape François, vendredi lors de la messe qu’il célébrera à 10 h à Notre-Dame d’Arcachon à l’occasion de la fête patronale. »

  • Bourges, Mgr Jérôme Beau. « A Bourges, Mgr Beau présidera à : 17h00 : Temps de prière silencieuse à la cathédrale ; 17h30 : Prière du chapelet ; 18h00 : Procession jusqu’à la Chapelle de Marie Immaculée (rue Bourdaloue) ; 18h30 : Messe.

  • Cahors, Mgr Laurent Camiade. 20 h 00 Procession aux flambeaux présidée par Mgr Camiade, évêque de Cahors. Prière et intercession pour la paix en Ukraine et dans le monde (Départ de l’Hospitalet ; en cas de pluie RDV à la Basilique directement.) A l’issue de la procession, Mgr Laurent Camiade célébrera une messe à la Chapelle Notre-Dame en union avec le Pape François pour la consécration de la Russie et de l’Ukraine au cœur Immaculé de Marie.

  • Cambrai, Mgr Vincent Dollmann. Le diocèse de Cambrai s’associe à l’invitation du Saint-Père à prier pour la paix le vendredi 25 mars à 17 h, dans les cathédrales, les sanctuaires mariaux et les communautés paroissiales. Des temps de prière pour la paix sont prévus à la cathédrale de Cambrai en ce jour de l’Annonciation, en présence de Monseigneur Dollmann : 17 heures, chapelet, 17 h 30, temps d’adoration ; 18 h, vêpres ; 18 h 30, messe. Le texte de la consécration de la Russie et de l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie sera lu.

  • Carcassonne et Narbonne, Mgr Alain Planet. « Notre évêque vivra ce temps de prière avec les évêques de la Province ecclésiastique de Montpellier à Puimisson lors d’une formation provinciale. »

  • Châlons, Mgr François Touvet. Mgr François Touvet s’associera à la prière de consécration de la Russie et de l’Ukraine prononcée par le pape le vendredi 25 mars en la solennité de l’Annonciation du Seigneur. Il le fera au cours de la messe qu’il présidera à la basilique ND de l’Epine à 11h30.

  • Chambéry, Mgr Philippe Ballot. « Une prière sera organisée dans les trois cathédrales de Savoie et au Sanctuaire de Myans. Les paroisses sont invitées à organiser également un temps de prière. » 

  • Chartres, Mgr Philippe Christory. Mgr Christory fera la consécration dans sa cathédrale à 17 h ce 25 mars.

  • Clermont, Mgr François Kalist. Il « s’associera évidemment », m’a-t-on indiqué par téléphone.

  • Coutances, Mgr Laurent Le Boulc’h. « Monseigneur Laurent Le Boulc’h présidera l’Eucharistie à 17 h 00 à la cathédrale. Un mail a été adressé à tous les curés + lettre d’informations en interne pour relayer et inviter les paroisses à se rassembler pour prier. »

  • Créteil, Mgr Dominique Blanchet. A la Cathédrale, une prière pour la paix par l’intercession de la Vierge Marie, sera proposée à 17 h 00. Elle sera suivie d’une heure d’adoration silencieuse avant la célébration eucharistique à 19 h. L’acte de consécration sera prononcé à l’issue de la messe.

  • Digne, Mgr Jean-Philippe Nault. Participation personnelle non confirmée.

  • Dijon,  Mgr Antoine Hérouard. « Vendredi 25 mars à 17 heures, nous sommes attendus pour prier ensemble en communion avec le pape François et le monde entier, au sein de vos paroisses. À la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon par exemple : la lecture de la prière de consécration du Saint-Père sera faite et sera suivie du chemin de croix. »

  • Evreux, Mgr Christian Nourrichard. « Le 25/03/2022 de 17 h 00 à 18 h 00 ) la cathédrale d’Evreux. Participants : tout le diocèse. »

  • Evry Corbeil-Essonnes, Mgr Michel Pansard. « Vous pouvez tout d’abord vous unir à cette prière aux messes de semaine ce vendredi 25 mars (ce que je ferai pour ma part ce vendredi dans le secteur d’Arpajon où je serai en visite pastorale). »

  • Fréjus Toulon, Mgr Dominique Rey. « Monseigneur Rey célébrera la messe aux intentions de l’Ukraine et de la Russie depuis l’abbaye de Solesmes où il sera pour l’Assemblée générale annuelle de l’association pour la béatification de l’impératrice Zita. »

  • Gap, Mgr Xavier Malle. « Mgr Xavier Malle nous invite à nous unir à cet Acte de consécration, vendredi 25 mars à 17 h soit à la Cathédrale de Gap, où la célébration sera présidée par lui-même, soit au Sanctuaire Notre-Dame du Laus, où la célébration sera présidée par le recteur le père Ludovic Frère, soit dans vos églises paroissiales, soit à votre domicile, église domestique, pour ceux qui ne peuvent se déplacer. »

  • Grenoble Vienne, siège vacant. « À 18 H 30 Célébration présidée par Mgr Anatole Milandou, archevêque émérite de Brazzaville
En présence du P. Loïc Lagadec, administrateur diocésain, Cathédrale Notre-Dame de Grenoble. »

  • Langres, Mgr Joseph de Metz-Noblat. Pas d’horaire donné mais la page Facebook du diocèse affiche une allocution de Mgr de Metz-Noblat où il évoque la consécration, « particulièrement » celle des « peuples de Russie et d’Ukraine ».

  • La Rochelle, Mgr Georges Colomb. « Mgr Colomb a invité les curés, prêtres et diacres à relayer dès que possible auprès des fidèles de leur paroisse cet appel du Saint-Père et à prendre toute initiative en ce sens, le jour de la Fête de l’Annonciation, vendredi prochain 25 mars 2022. L’évêque de La Rochelle et Saintes célébrera l’office des vêpres puis la messe à 17 h 00 ce même vendredi, en la cathédrale saint Louis à La Rochelle. »

  • Laval, Mgr Thierry Scherrer. « En Mayenne, rendez-vous à 17 h en la cathédrale de Laval pour cet acte de consécration, présidé par Mgr Thierry Scherrer. Le dimanche 27 dans les paroisses. »

  • Le Havre, Mgr Jean-Luc Brunin. « Dans notre diocèse cette célébration de prière pour la paix aura lieu : Chapelle des Petites Sœurs des Pauvres au Havre : 17 h (ouverte à tous). Église du Sacré-Cœur au Havre : 9 h (Paroisse de La Pentecôte). Église Saint Michel au Havre: 17h (UP2). Église Saint Martin à Harfleur : 17h (Paroisse Saint-Marc de l’Estuaire). Chapelle du Carmel au Havre : 17h (un temps de prière mariale pour la paix). Autres à venir.

  • Le Mans, Mgr Yves Le Saux.  En communion avec le Saint-Père et les chrétiens du monde entier, Mgr Le Saux présidera la messe de la fête de l’Annonciation à l’église Notre-Dame de la Couture au Mans à 18 h 30 vendredi 25 mars 2022.

  • Le Puy-en-Velay, Mgr Yves Baumgarten. A l’aavant-veille de son sacre épiscopal ce dimanche, Mgr Baumgarten s’est uni à la consécration en la cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation.

  • Lille, Mgr Laurent Ulrich. « À la demande du Saint Père, je vous fais parvenir cette invitation pour les communautés à prier pour la paix, tous ensemble le vendredi 25 mars à 17 h, si possible, en la fête de l’Annonciation du Seigneur. »

  • Limoges, Mgr Pierre-Antoine Bozo. « 17 h cathédrale de Limoges en présence de Mgr Bozo. »

  • Luçon, Mgr François Jacolin. « A la demande du Pape François, Mgr Jacolin consacrera la Russie et l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie, ce vendredi 25 mars, à 19h, en la cathédrale de Luçon. »

  • Lyon. « Mgr Emmanuel Gobilliard s’unira à la consécration au Cœur Immaculé de Marie de l’Ukraine et de la Russie vendredi 25 mars pendant la messe solennelle de 11h à la basilique de Fourvière. »

  • Marseille, Mgr Jean-Marc Aveline. « Messe à la cathédrale à 19h présidée par Mgr Aveline ».

  • Meaux, Mgr Jean-Yves Nahmias. « Suite à votre demande, je vous confirme que le diocèse de Meaux s’unira le 25 mars à l’appel du pape François. L’acte de consécration sera lu ce vendredi lors d’une célébration pénitentielle à la cathédrale de Meaux à 17h. Les pôles Missionnaires du diocèse sont également invités à s’associer à la prière du pape. »

  • Mende, Mgr Benoît Bertrand. « Vendredi 25 mars 2022, afin de répondre à l’appel du Pape François, Mgr Benoît Bertrand, évêque de Mende, présidera un temps de prière pour la paix et la consécration de la Russie au Cœur Immaculée de Marie à 17h à la communauté de Puimisson, avec toutes les personnes présentes à la session de formation sur l’écologie intégrale. » (!)

  • Metz, Mgr Jean-Pierre Vuillemin.

  • Montauban, Mgr Bernard Ginoux. « Ce vendredi 25 mars 2022 A 17h00  Au sanctuaire de la Divine Miséricorde (église de l’Immaculée Conception)  Monseigneur Ginoux prononcera la consécration en union avec le Pape et les évêques du monde entier. »

  • Montpellier, Mgr Pierre-Marie Carré. « Réunis à Puimisson, Mgr Carré, Mgr Guellec ainsi que les évêques de la province de Montpellier s’uniront à cette prière à l’heure indiquée. Ils invitent tous les fidèles, où qu’ils se trouvent, à prier en communion avec eux. »

  • Moulins, Mgr Marc Beaumont. « Vendredi 25 mars à 18h30 à l’église Notre-Dame de Montluçon, Monseigneur Marc Beaumont s’unira avec le saint Père à la prière pour la Paix, suite à la consécration de la Russie et de l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie. »

  • Nancy, Mgr Jean-Louis Papin. (Mail du service de communication). « Monseigneur Papin s’unira effectivement à la consécration de la Russie et de l’Ukraine au cœur immaculé de Marie. »

  • Nanterre, Mgr Matthieu Rougé. « 25 mars, Notre Dame de la Paix Suresnes. »

  • Nantes, Mgr Laurent Percerou. 19h à la Basilique Saint-Nicolas de Nantes : Célébration eucharistique présidée par Mgr Percerou, en communion avec le pape François (et les évêques du monde entier) qui consacrera la Russie et l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie.

  • Nevers, Mgr Thierry Brac de la Perrière. « Monseigneur Thierry Brac de la Perrière propose un temps d’adoration eucharistique suivi de la consécration de la Russie et de l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie le vendredi 25 mars à 19h en la Cathédrale de Nevers. »

  • Nice, Mgr André Marceau, administrateur apostolique. Messe à Notre Dame du Laghet.

  • Nîmes, Mgr Nicolas Brouwet. « Mgr Nicolas Brouwet présidera la Messe ce vendredi 25 mars à 18h en sa Cathédrale de Nîmes. »

  • Orléans, Mgr Jacques Blacquart. « Une messe aura lieu le 25 mars à Notre Dame des Miracles à 17h30Monseigneur Blaquart s’associera à la prière pour la paix et la consécration de la Russie et de l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie décidé par le Saint Père, en célébrant une messe en union avec les diocèses et sanctuaires mariaux du monde entier, en particulier celui de Fatima. Vous êtes invités à vous unir par la prière à cette consécration sur place ou chez vous. »

  • Paris, Mgr Georges Pontier. Messe présidée par Mgr Pontier à Montmartre à 18h30 autour de la statue de ND de Fatima.

  • Périgueux, Mgr Philippe Mousset. Lettre communiquée par le service de communication. « Chers frères et sœurs, cher(e)s ami(e)s, nous sommes profondément bouleversés par la guerre qui se déroule actuellement en Ukraine. Par les médias, vous avez certainement été informés de l’invitation du Saint-Père le Pape François à prier pour la paix le 25 mars, Solennité de l’Annonciation. C’est la raison pour laquelle je célébrerai une messe pour la paix ce vendredi 25 mars à 18 h 00 à la cathédrale Saint-Front à Périgueux. Au cours de cette célébration, en lien avec le pape François, nous prierons tout spécialement pour la paix et pour consacrer et confier la Russie et l’Ukraine au cœur immaculé de Marie. Vous êtes invités, celles et ceux qui le peuvent, à cette célébration ou à vous unir dans la prière. »

  • Perpignan, Mgr Norbert Turini. « Temps diocésain de prière à 17h. »

  • Poitiers, Mgr Pascal Wintzer. « Mgr Pascal Wintzer présidera la prière de vêpres, à la cathédrale Saint Pierre de Poitiers, à 17h, ce vendredi 25 mars. »

  • Pontoise, Mgr Stanislas Lalanne. « En communion, Mgr Stanislas Lalanne présidera une messe pour la paix à 18h30 à l’église Notre-Dame de la paix d’Arnouville. »

  • Quimper, Mgr Laurent Dognin. « Monseigneur Dognin, Évêque de Quimper et Léon, les paroisses et tous les fidèles de son diocèse à s’associer à cette prière. Pour ceux qui le peuvent il serait souhaitable de vous regrouper à l’église la plus proche de chez vous pour une prière commune mariale (chants, chapelet ou vêpres de la Vierge Marie) et la lecture du texte de la consécration. Pour les personnes plus isolées ou ne pouvant pas se déplacer, vous pouvez prier individuellement ou en famille sur votre lieu de vie. »

  • Reims, Mgr Eric de Moulins-Beaufort. « Mgr Eric de Moulins-Beaufort présidera la messe en la fête de l’Annonciation à la cathédrale de Reims à 19h ce vendredi 25 mars, et sera en communion de prière avec le Saint-Père qui consacrera l’Ukraine et la Russie au Cœur Immaculé de Marie.
Chacun est invité à venir à la cathédrale ou à s’unir par la prière du Saint-Père. Une adoration eucharistique est proposée à partir de 17h45. »@

  • Rennes, Mgr Pierre d’Ornellas. « En Ille-et-Vilaine, Mgr d’Ornellas invite toutes les paroisses, les communautés, les personnes malades… à proposer un temps de prière spécifique ce jour-là, si possible à la même heure. Lui-même présidera à 17h, à la Cathédrale Saint-Pierre de Rennes, un temps de prière, ouvert à tous les fidèles. »

  • Rouen, Mgr Dominique Lebrun. « Consécration de la Russie et l’Ukraine au Cœur immaculé de Marie, le diocèse s’y associe. »

  • Saint-Brieuc, Mgr Denis Moutel. 18h00 : Vêpres mariales à la Cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc, 20h30 : Célébration eucharistique à la Basilique Notre-Dame d’Espérance.

  • Saint-Claude, Mgr Jean-Luc Garin. Au Sanctuaire Notre-Dame de Mont-Roland, la prière à 17h00 sera suivie du chemin de croix à 17h30 et de la célébration de l’office des vêpres à 18h00.

  • Saint-Denis, Mgr Pascal Delannoy. Notre évêque, Mgr Pascal Delannoy, nous invite à nous unir à la consécration de l’Ukraine et de la Russie au Coeur Immaculé de Marie, vendredi 25 mars à 17h, en la basilique cathédrale Saint-Denis, où il présidera la célébration.

  • Saint-Dié, Mgr Didier Berthet. « Oui tout à fait. Il sera à la cathédrale de Saint-Dié le vendredi 25 mars à 17h. »

  • Saint-Etienne, Mgr Sylvain Bataille. « Mgr Sylvain Bataille nous invite à porter cette intention dans une neuvaine de prière pour la paix, à partir de ce jeudi 17 mars. Il célébrera une messe pour la Paix en Ukraine, le vendredi 25 mars à 17h en la cathédrale Saint-Charles. »

  • Saint-Flour, Mgr Didier Noblot. « Vendredi 25 mars – solennité de l’Annonciation – à 18h en la Cathédrale Saint-Pierre de Saint-Flour, Mgr Noblot présidera la messe, en communion avec le pape François (et les évêques du monde entier) qui consacrera la Russie et l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie. »

  • Séez, Mgr Bruno Feillet. « Mgr Feillet prononcera cette prière du pape solennellement à genoux devant l’autel lors d’une messe célébrée ce même jour à 12h15 en la basilique de l’Immaculée Conception de Sées et souhaite que tous les diocésains puissent également s’associer à cette démarche. Quel meilleur lieu que la première église dédiée à l’Immaculée Conception pour une telle consécration à Marie ? Cette messe est ouverte à tous et sans doute que d’autres lieux du diocèse s’associeront à cette démarche. »

  • Sens, Mgr Hervé Giraud. « Mgr Hervé Giraud répondra à cet appel et s’unira à cette démarche lors des Vêpres à la basilique de Vézelay, ce vendredi 25 mars à 18 heures. Mgr Hervé Giraud invite toute personne qui le souhaite à participer à ces Vêpres ou à s’y unir par la prière. »

  • Soissons, Mgr Renauld de Dinechin.

  • Strasbourg, Mgr Luc Ravel. « Monseigneur Ravel présidera vendredi 25 mars, solennité de l’Annonciation, la Messe pour la paix à 17h en la cathédrale de Strasbourg. L’archevêque de Strasbourg sera en union avec le Saint Père qui consacrera, au même moment à Rome, lors de la célébration qu’il présidera, l’Ukraine et la Russie au cœur Immaculé de Marie. »

  • Toulouse, Mgr Guy de Kerimel. « C’est pourquoi je vous invite à la cathédrale Saint-Étienne ce vendredi 25 mars, à 17h, pour célébrer la solennité de l’Annonciation et nous unir à la prière de consécration du Pape, pour la paix. J’invite toutes les paroisses et les communautés à organiser une messe ou un temps de prière à cette intention, confiants dans l’intercession de la Vierge Marie auprès de la miséricorde divine, pour la paix en Europe et dans le monde entier. »

  • Tours, Mgr Vincent Jordy. « Mgr Jordy, comme tous les évêques du monde entier, et en même temps que le pape François, s’associera à cette consécration, en la cathédrale St-Gatien, ce vendredi 25 mars 2022, à 17h. »

  • Troyes, Mgr Alexandre Joly. « Une célébration aura lieu ce vendredi 25 mars à 18h à la cathédrale de Troyes (une prière de type pénitentiel suivie de l’acte de consécration). » 

  • Tulle, Mgr Francis Bestion. « Ce jour-là, je serai au Couvent Saint-Antoine de Brive, et, à 18h00, avec la Communauté des frères franciscains et les fidèles qui seront présents, nous ferons monter vers le Seigneur, par l’intercession de la Vierge Marie, notre supplication pour que cesse la guerre qui dévaste l’Ukraine et que s’établisse une paix juste et durable. »

  • Valence, Mgr Pierre-Yves Michel. « Un temps de prière pour la paix en Ukraine est proposé ce vendredi 25 mars à 17h à la cathédrale Saint Apollinaire de Valence par Monseigneur Pierre-Yves Michel. Toutes les paroisses du diocèse sont appelées à s’unir et à prier pour la consécration de la Russie et de l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie, afin qu’elle, Reine de la Paix, obtienne, pour le monde, la Paix. »

  • Vannes, Mgr Raymond Centène. « Le diocèse de Vannes s’unira à la démarche du St Père ce vendredi 25 mars par un temps de prière proposé dans les paroisses et particulièrement à la cathédrale, au sanctuaire de Sainte-Anne-d’Auray et dans les sanctuaires mariaux de Josselin, Rochefort-en-terre, Pontivy, Lorient. »

  • Versailles, Mgr Luc Crépy. « Veillée mariale pour la paix, cathédrale de Versailles, 20 h 30. »

  • Viviers, Mgr Jean-Louis Balsa, « Mgr Jean-Louis Balsa a également invité les prêtres et religieux du diocèse à s’unir à cet Acte et à prier ensemble pour la paix. »




• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement.  S’abonner à la lettre d’informations : clic !


• Voulez-vous soutenir matériellement ce blog ? C'est possible !

Ce blog est d'accès gratuit ; son objectif est de toucher le plus grand nombre de personnes possible. Pour pouvoir maintenir le rythme des parutions – puisqu’écrire est mon métier, et que la plupart des articles et traductions publiés ici (comme l’article que vous venez de lire) le sont à titre bénévole – votre aide financière serait précieuse. D’avance grand merci à ceux d'entre vous qui verseront une libre participation via ce lien : paypal.me/SmitsJeanne.

Pour contribuer par chèque, me contacter en écrivant à jeanne.smits.blog@gmail.com.


© leblogdejeannesmits

24 mars, 2022

Mgr Schneider évoque les modalités de la Consécration de la Russie (et de l’Ukraine) au Cœur Immaculé de Marie, ce 25 mars

On entend ci et là des questions sur la « validité » de la consécration de la Russie et de l’Ukraine au Cœur Immaculé que fera demain, en la fête de l’Annonciation, le pape François. Les demandes de la Vierge seront-elles respectées ? Ne compromet-on pas l’efficacité de l’acte en ajoutant la mention du monde, de l’Ukraine ? Le pape ne devrait-il pas en même temps promouvoir la dévotion des « Cinq Premiers Samedis » ? D’aucuns vont jusqu’à redouter des catastrophes si tout n’est pas fait à la lettre.

Mgr Schneider a répondu aux questions de ma consœur Diane Montagna pour OnePeterFive ; j’ai traduit l’intégralité de leur entretien ci-dessous ainsi que les précisions ajoutées à la suite de la publication de l’acte de consécration que prononcera le pape François, en union avec un très grand nombre d’évêques.

Rien qu’en France, je compte aujourd’hui (après vérification personnelle) 78 évêques qui consacreront la Russie et l’Ukraine en union avec le pape le 25 mars, 78 sur 92 potentiels (je compte l'évêque aux armées et je déduis les sièges vacants !), soit près de 85 %, en attendant les dernières réponses. C’est énorme ! Paradoxe et humour du Bon Dieu : le fait que ce soit le pape François qui prenne cette décision (et aussi, plus sérieusement hélas, les souffrances de l’Ukraine) a facilité l’adhésion de l’épiscopat.

Comment imaginer que Notre Dame, la Très Sainte Vierge qui est notre Mère et dont le Cœur Immaculé brûle d’amour pour ses enfants puisse être insensible à nos cris ? Certes, elle a fait des demandes très précises, mais ne doutons pas que lors des consécrations précédentes, nettement plus éloignées de ce qui était demandé, elle a entendu les appels des papes successifs. Ne doutons pas que si les Européens libérés du joug soviétique ont recouvré des libertés c’est grâce à son intercession. Et aujourd’hui, voici que le pape François s’efforce de répondre à des éléments supplémentaires, parmi lesquels sans doute le plus important : nommer expressément la Russie.

Mgr Athanasius Schneider répond à nombre d’objections et rappelle en quelque sorte que nous ne sommes pas dans une démarche de formule magique ; nous ne devons pas non plus nous attendre à une sorte d’automatisme dans la réponse de Dieu. Nous savons simplement ce que nous avons à faire ; et nous avons l’assurance du triomphe du Cœur Immaculé – mais au moment où Dieu le voudra. – J.S.

*


A la suite de la publication aujourd’hui par le Vatican (en 35 langues) de l’Acte de Consécration au Cœur Immaculé de Marie que le Pape François utilisera le 25 mars, nous avons demandé à Mgr Athanasius Schneider s’il pense que la formule satisfait aux éléments essentiels de la demande de la Vierge à Fatima. Vous trouverez ci-dessous sa réponse, suivie de son entretien approfondi avec Diane Montagna sur la consécration de la Russie et de l’Ukraine.

(Mgr Athanasius Schneider) : Si on les compare avec la formulation des deux actes de consécration précédents, faits par le pape Pie XII (en 1952) et par le pape Jean-Paul II (en 1984), les mots et la forme de la consécration qui seront utilisés par le pape François le 25 mars expriment plus clairement les demandes de Notre-Dame de Fatima. Le pape François a même ajouté le mot « solennellement » à « consacrer », une expression qui manquait dans les formules de 1952 et 1984 :

1952 : « Nous consacrons aujourd’hui, de manière toute particulière, tous les peuples de Russie à ce même Cœur Immaculée » (Lettre apostolique de Pie XII, Sacro Vergente Anno, Consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie).

1984 : « Ô Mère des hommes et des peuples… Nous vous offrons et consacrons d’une manière spéciale les hommes et les nations qui ont particulièrement besoin de cette offrande et de cette consécration » (pape Jean-Paul II, Consécration des hommes et des nations).

2022 : « Mère de Dieu et notre Mère, nous confions et consacrons solennellement à ton Cœur immaculé nous-mêmes, l’Église et l’humanité tout entière, en particulier la Russie et l’Ukraine.» (Acte de consécration au Cœur Immaculé de Marie).

Notre Dame n’a pas dit que l’approbation pontificale de la communion de réparation des premiers samedis devait faire partie de la formule de consécration. Elle a demandé l’approbation pontificale de cette pratique uniquement en vue d’obtenir les fruits qu’elle a promis par l’acte de Consécration. L’approbation pontificale pourrait se manifester, par exemple, par un décret de la Pénitencerie Apostolique disant que les fidèles qui pratiquent la communion de réparation les cinq premiers samedis obtiendront une indulgence plénière. Un tel décret indique généralement qu’il a été approuvé par le Saint-Père.


*

Voici ma traduction intégrale de l’entretien accordé par

*

Diane Montagna : Excellence, pour les lecteurs qui ne sont pas familiers de l’histoire et des détails de la demande de Notre Dame à Fatima que la Russie soit consacrée à son Cœur Immaculé, que doivent-ils garder à l’esprit ?

Mgr Athanasius Schneider : Je propose aux lecteurs l’extrait suivant d’un article du Père David Francisquini, publié dans la revue brésilienne Revista Catolicismo (Nº 836, Agosto/2020), et intitulé « A consagração da Rússia foi efetivada como Nossa Senhora pediu ? » (« La consécration de la Russie a-t-elle été réalisée comme la Vierge l’a demandé ? »). A mon avis l’auteur fournit un résumé succinct des éléments essentiels. Il écrit :

Au cours de l’apparition du 13 juillet 1917, Notre Dame a dit aux enfants que Dieu allait « punir le monde de ses crimes, par le moyen de la guerre, de la famine et de persécutions contre l’Église et le Saint-Père. Afin de l’empêcher, Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la Communion réparatrice des premiers samedis. Si l’on répond à mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix. Sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties. A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et un certain temps de paix sera accordé au monde. »

Douze ans plus tard, le 13 juin 1929, alors qu’elle résidait à Tuy, en Espagne, Sœur Lucie a eu une vision au cours de laquelle la Vierge lui a dit : « Le moment est venu où Dieu demande au Saint-Père de faire, en union avec tous les Evêques du Monde, la Consécration de la Russie à Mon Cœur Immaculé, promettant de la sauver par ce moyen. »

Toujours en 1929, la voyante fit connaître cette demande au Pape Pie XI, et l’année suivante, elle écrivit à son confesseur, le Père José Bernardo Gonçalves S.J., rapportant que Notre Seigneur l’avait pressée de demander au Saint-Père l’approbation de la dévotion réparatrice des premiers samedis. Elle ajoutait : « Si je ne me trompe pas, le bon Dieu promet de mettre fin à la persécution en Russie si le Saint-Père daigne faire, et ordonne de même aux évêques du monde catholique de faire, un acte solennel et public de réparation et de consécration de la Russie aux très saints Cœurs de Jésus et de Marie. »

Plus tard, lors d’une nouvelle communication intime, Notre Seigneur se plaignait à Sœur Lucie : « Ils n’ont pas voulu accéder à ma demande. Comme le roi de France, ils se repentiront ; et ils le feront, mais il sera tard. La Russie aura déjà répandu ses erreurs dans le monde entier. » Dans une lettre à son confesseur, datée du 18 mai 1936, Sœur Lucie déclare : « Intimement, j’ai parlé à Notre-Seigneur de cette question ; et tout à l’heure, je lui ai demandé pourquoi il ne convertissait pas la Russie sans que Sa Sainteté fasse cette consécration. » Voici la réponse que Sœur Lucie reçut de Jésus : « Parce que je veux que toute mon Église reconnaisse cette consécration comme un triomphe du Cœur Immaculé de Marie, pour ensuite étendre sa vénération et placer, à côté de la dévotion de mon Divin Cœur, la dévotion de ce Cœur Immaculé. »
Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Sœur Lucie s’est adressée directement au nouveau pape, Pie XII : « Au cours de plusieurs communications intimes, Notre-Seigneur n’a pas cessé d’insister sur cette demande, promettant dernièrement – si Votre Sainteté daigne faire la consécration du monde au Cœur Immaculé de Marie, avec une mention spéciale pour la Russie, et ordonner que, en union avec Votre Sainteté et en même temps, tous les évêques du monde la fassent aussi – d’abréger les jours de tribulation par lesquels il a résolu de punir les nations pour leurs crimes, par la guerre, la famine et diverses persécutions de la Sainte Église et de Votre Sainteté. »
Depuis 1984 et jusqu’à la chute du mur de Berlin, Sœur Lucie a soutenu qu’aucune des consécrations effectuées jusqu’alors n’avait été « valide » (dans le sens où elles auraient répondu aux exigences fixées par Notre Dame). Dans une interview accordée en 1985 à la revue Sol de Fátima, elle affirmait péremptoirement, à propos de celles réalisées par Jean-Paul II à Fatima (1982) et à Rome (1984) : « Il n’y a pas eu la participation de tous les évêques, et la Russie n’a pas été mentionnée. »

Dans une lettre datée du 8 novembre 1989, Sœur Lucie déclare : « Oui [la consécration] s’est déroulée comme la Vierge l’a demandé, depuis le 25 mars 1984. » Et lors d’une conversation du cardinal Tarcisio Bertone avec Sœur Lucie, celle-ci aurait déclaré : « J’ai déjà dit que la consécration souhaitée par la Vierge a été faite en 1984 et a été acceptée au Ciel. »


Excellence, comment expliquez-vous ce changement dans la pensée de Sœur Lucie en l’espace de quatre ans seulement ?

Dans l’article mentionné ci-dessus, le Père Francesquini propose cette réponse plausible :

Il est légitime de supposer que, en réévaluant l’acte de Jean-Paul II en 1984, Sœur Lucie s’est laissée influencer par l’atmosphère d’optimisme qui s’est répandue dans le monde après l’effondrement de l’Empire soviétique. Il convient de noter que Sœur Lucie n’a pas bénéficié du charisme d’infaillibilité dans l’interprétation du noble message qu’elle a reçu. Il appartient donc aux historiens, théologiens et pasteurs de l’Église d’analyser la cohérence de ces déclarations, recueillies par le cardinal Bertone, avec les déclarations antérieures de Sœur Lucie elle-même. Cependant, une chose est claire : les fruits de la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, annoncée par Notre Dame, sont loin de s’être matérialisés. Il n’y a pas de paix dans le monde.

Votre Excellence, pensez-vous que la consécration de la Russie à Notre Dame a été faite ?

Dans le chapitre 19 de notre livre, Christus Vincit : Le triomphe du Christ sur les ténèbres de notre temps (Contretemps, 2020 pour l’édition française), nous avons abordé cette question. Je disais dans cet échange :

Comme nous le savons, le 24 mars 1984, le pape Jean-Paul II a consacré toute l’humanité au Cœur Immaculé en présence de la statue originale et réelle de Fatima, sur la place Saint-Pierre de Rome. Lors de cette consécration, il a fait la mention toute particulière des peuples dont la Vierge désire la consécration. Il s’agissait donc d’une consécration implicite de la Russie. 
Dans la cathédrale de Notre-Dame de Fatima à Karaganda, le centenaire de la première apparition de Notre-Dame à Fatima, le 13 mai 2017, a été célébré dans le cadre d’un congrès marial. Le pape François a envoyé pour cette occasion un légat papal, le cardinal Paul Josef Cordes, et dans son homélie, celui-ci a évoqué ce qu’il a appelé la consécration de la Russie au Cœur Immaculé, faite par Jean-Paul II en 1984. Le cardinal a dit que quelque temps après la consécration de 1984, il avait été invité par le pape à dîner dans ses appartements, et qu’au cours de cette rencontre il avait demandé au Saint-Père : « Pourquoi n’avez-vous pas consacré explicitement la Russie ? » Jean-Paul II lui répondit : « C’était mon intention. » Le pape ajouta que, en raison des préoccupations des diplomates du Vatican, il ne pouvait pas procéder à la consécration comme il l’avait initialement prévu, en consacrant la Russie de manière explicite. Nous pouvons donc voir que, en raison des conséquences politiques envisagées par la diplomatie du Vatican, le pape Jean-Paul II a fait cette consécration de manière implicite. Tels sont les faits. 
Sœur Lucie a été interrogée sur cet acte. Elle a répondu : « Le ciel l’a accepté. » Mais cette phrase de sœur Lucie, ou d’autres phrases similaires, ne signifient pas pour moi que cet acte fût le plus parfait. Bien sûr, quand un pape fait une si belle prière et une si belle consécration, le ciel l’accepte. Le ciel accepte toute prière sincère et belle. Mais cela ne signifie pas, à mon avis, qu’à l’avenir un acte de consécration plus parfait ne pourrait pas être fait, que le ciel recevra et acceptera également. 
Alors, croyez-vous que la consécration, telle que Notre Dame l’a demandée à Fatima, a été faite ou non ? 
Elle n’a pas encore été faite de la manière dont Notre Dame l’a demandée. À mon avis, la consécration doit être faite de façon plus parfaite, c’est-à-dire avec la mention explicite de la Russie en même temps que les autres conditions, exactes, que Notre Dame a précisées. J’espère et je crois qu’un jour, par un acte parfait de consécration de la Russie au Cœur Immaculé par un prochain pape, le ciel déversera de très abondantes grâces pour l’Église et pour l’humanité, et pour la pleine conversion de la Russie. (Christus Vincit, pp. 367-368).


Le Vatican a annoncé que le pape François consacrera la Russie et l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie le 25 mars, fête de l’Annonciation, au cours d’un office pénitentiel à 17 heures dans la basilique Saint-Pierre. Le Bureau de presse du Saint-Siège a informé les journalistes que la consécration elle-même aura probablement lieu vers 18 h 30 (Rome), c’est-à-dire à la fin de cet office. Le Vatican a également confirmé que le pape François a invité les évêques du monde entier, et leur clergé, à se joindre à lui pour cette consécration. Certaines personnes se demandent pourquoi le pape a choisi d’inclure l’Ukraine et si cette inclusion constitue un obstacle à la réalisation de la demande spécifique de la Vierge. Que diriez-vous à ceux qui s’interrogent à ce sujet ?

Compte tenu de la douloureuse guerre qui se déroule actuellement en Ukraine, il est tout à fait compréhensible que le pape François mentionne également l’Ukraine. Il faut également considérer qu’en juillet 1917, lorsque la Sainte Vierge a parlé pour la première fois de la consécration de la Russie, une grande partie du territoire de l’actuelle Ukraine appartenait à l’Empire russe, qui avait nommé certaines régions de ce territoire "Petite Russie" et "Russie du Sud". Si le pape ne mentionnait aujourd’hui que la Russie, une grande partie du territoire (c’est-à-dire la majorité de l’Ukraine actuelle), que la Vierge avait sous les yeux en juillet 1917, serait exclue de la consécration.

Certains ont fait valoir que, pour répondre fidèlement à la demande de la Vierge, le Pape doit « donner l’ordre » et non simplement « inviter » les évêques du monde entier à se joindre à lui pour consacrer la Russie au Cœur Immaculé. Comment répondriez-vous à cette inquiétude ? Quels sont, à votre avis, les éléments essentiels qui doivent être inclus dans la consécration, et ceux qui ne sont pas essentiels ?

Dans la demande de la Vierge, il faut distinguer les éléments essentiels des éléments secondaires. Les éléments essentiels, à mon avis, sont : la consécration au Cœur Immaculé de Marie (et pas seulement à la « Mère de Dieu » ou à la « Bienheureuse Vierge Marie ») ; la mention explicite de la Russie (la mention supplémentaire d’une autre nation proche de la Russie, ou de toutes les nations du monde, n’invalidera pas la consécration puisque l’élément essentiel « Russie » est inclus) ; qu’elle soit faite en union avec tous les évêques (cette union ne doit pas nécessairement inclure cent pour cent des évêques quantitativement parlant, mais tout l’épiscopat dans un sens moral. Dans un sens similaire, si le pape, dans le cadre d’un concile œcuménique, se joignait à une minorité doctrinalement saine et rejetait une majorité hétérodoxe, la doctrine ou le dogme promulgué serait l’enseignement de toute l’Église, même proclamé par le pape avec la minorité de l’épiscopat). La manière dont le pape convoque les évêques pour participer à l’acte de la consécration (que ce soit par une invitation formelle ou par un ordre explicite) est secondaire à mon avis.

La mention de la communion de réparation lors des cinq premiers samedis est-elle essentielle ?

Comme nous l’avons noté plus haut, lors de l’apparition du 13 juillet 1917, la Vierge a dit que pour prévenir les châtiments divins (la guerre, la faim et la persécution de l’Église et du Saint-Père), elle viendrait demander la consécration de la Russie à son Cœur Immaculé et la communion de réparation les premiers samedis. « Si l’on tient compte de mes demandes, disait-elle, la Russie sera convertie et il y aura la paix. » Plus tard, dans une lettre de 1929 à son confesseur, le Père José Bernardo Gonçalves S.J., Sœur Lucie rapporte que Notre Seigneur l’a poussée à demander au Saint-Père l’approbation de la dévotion réparatrice des premiers samedis. À mon avis, l’approbation de la pratique de la communion réparatrice des premiers samedis ne doit pas nécessairement être incluse explicitement dans la formule de consécration. L’approbation pontificale pourrait aussi se manifester, par exemple, par un décret de la Pénitencerie Apostolique, disant que les fidèles qui pratiquent la communion de réparation les cinq premiers samedis obtiendront une indulgence plénière. Un tel décret indique généralement qu’il a été approuvé par le Saint-Père.

La question de la révélation publique par rapport à la révélation privée est-elle également importante à garder à l’esprit ?

Il faut soigneusement distinguer entre la révélation divine publique et les révélations privées. Les messages des apparitions de Notre Dame à Fatima et plus tard, ceux adressés séparément à Sœur Lucie, bien que reconnus par l’Église comme ayant un caractère surnaturel, sont néanmoins une révélation privée. L’Église nous enseigne à cet égard :

« L’économie chrétienne, étant l’Alliance Nouvelle et définitive, ne passera donc jamais et aucune nouvelle révélation publique n’est dès lors à attendre avant la manifestation glorieuse de notre Seigneur Jésus Christ » (Concile Vatican II, Dei Verbum, 4).

« Au fil des siècles il y a eu des révélations dites “privées”, dont certaines ont été reconnues par l’autorité de l’Église. Elles n’appartiennent cependant pas au dépôt de la foi. Leur rôle n’est pas d’“améliorer” ou de “compléter” la Révélation définitive du Christ, mais d’aider à en vivre plus pleinement à une certaine époque de l’histoire. Guidé par le Magistère de l’Église, le sens des fidèles sait discerner et accueillir ce qui dans ces révélations constitue un appel authentique du Christ ou de ses saints à l’Église. La foi chrétienne ne peut pas accepter des “révélations” qui prétendent dépasser ou corriger la Révélation dont le Christ est l’achèvement. C’est le cas de certaines religions non chrétiennes et aussi de certaines sectes récentes qui se fondent sur de telles “révélations” » (Catéchisme de l’Église catholique, n° 67).

Le Vatican n’a pas encore publié la prière de consécration qui sera utilisée le 25 mars, mais si elle contient les éléments essentiels, quels effets les fidèles doivent-ils attendre de la consécration ?

L’effet de l’acte de la Consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, même accompli de manière parfaite selon la demande de la Vierge, ne doit pas être appréhendé comme s’il s’agissait d’un sacrement, dont l’effet provient de sa célébration valide (ex opere operato). Un acte de consécration, théologiquement parlant, est un sacramental (sacramentale), dont l’effet dépend principalement de la prière d’impétration de l’Église (ex opere operantis ecclesiae). La théologie catholique précise que les sacramentaux (sacramentalia) ne produisent pas la grâce mais la préparent. Un acte de consécration ne produit pas un effet automatique, immédiat et spectaculaire ou sensationnel. Dieu, dans sa Providence souveraine, sage et mystérieuse, se réserve le droit de déterminer le moment et la manière de réaliser les effets d’une consécration. Nous faisons bien de garder à l’esprit les paroles de Notre Seigneur : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité » (Ac 1, 7). La manière dont la Providence divine guide l’histoire du salut et l’histoire de son Église est généralement caractérisée par une croissance organique et graduelle. Notre tâche est de faire ce que la Mère de Dieu a dit ; le reste, c’est à la Providence de le déterminer selon des temps et des voies qui ne nous sont pas encore connus. Comme le disait saint Augustin, jusqu’au retour du Christ, « l’Église fera son pèlerinage au milieu des persécutions du monde et des consolations de Dieu » (cf. De civitate Dei, 18, 51).

A Fatima, au Portugal, la Mère de Dieu a révélé ceci : la Russie se convertira à l’unité catholique (Russland bekehrt sich zur Katholischen Einigkeit). La douloureuse division entre l’Église d’Orient et d’Occident a déjà arraché la Russie à la véritable Église du Christ depuis 900 ans. Des tentatives ont été faites plus d’une fois en vue de guérir cette vieille blessure faite au Corps mystique du Christ. La méchanceté, l’iniquité et la ruse humaines ont fait échouer les efforts les plus aimants et les plus nobles de l’Église catholique. Et maintenant, de façon inattendue, la très aimante Mère de Dieu prend l’affaire en main. Elle est apparue à Fatima à trois enfants. N’est-il pas frappant qu’elle ne soit pas apparue à de puissants chefs militaires érudits, mais à trois simples enfants de village ? Et elle a révélé ceci : la Russie se convertira à l’Église catholique !

Nous devons également espérer que la consécration de la Russie hâtera le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, qui consistera en un authentique renouveau de la vie de l’Église catholique, c’est-à-dire en une nouvelle splendeur de la pureté de la foi catholique, du caractère sacré de la liturgie et de la sainteté de la vie chrétienne.

Enfin, nous devons espérer que la consécration de la Russie hâtera une ère de paix pour l’humanité. Cependant, la paix véritable et durable au sein de la société humaine ne sera établie que si le Christ règne sur la société humaine. Comme l’écrivait le Pape Pie XI : « Il apparaît ainsi clairement qu'il n'y a de paix du Christ que par le règne du Christ, et que le moyen le plus efficace de travailler au rétablissement de la paix est de restaurer le règne du Christ » (Encyclique Ubi arcano, 49).

Le secrétaire personnel du pape émérite Benoît XVI, Mgr Georg Gänswein, a confirmé que Benoît XVI se joindra au pape François et aux évêques du monde entier pour la consécration de la Russie et de l’Ukraine le 25 mars. Le Vatican a précisé qu’il la fera en privé depuis le monastère de Mater Ecclesiae, c’est-à-dire depuis la chapelle de sa résidence au Vatican. Que pensez-vous de cette nouvelle ?  

C’est une joie pour toute l’Eglise que l’ancien pape Benoît XVI qui, bien sûr, est l’un des membres les plus éminents de l’épiscopat mondial de notre époque, se joigne à la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie.




© leblogdejeannesmits pour la traduction.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement.  S’abonner à la lettre d’informations : clic !


• Voulez-vous soutenir matériellement ce blog ? C'est possible !

Ce blog est d'accès gratuit ; son objectif est de toucher le plus grand nombre de personnes possible. Pour pouvoir maintenir le rythme des parutions – puisqu’écrire est mon métier, et que la plupart des articles et traductions publiés ici (comme l’article et la traductionque vous venez de lire) le sont à titre bénévole – votre aide financière serait précieuse. D’avance grand merci à ceux d'entre vous qui verseront une libre participation via ce lien : paypal.me/SmitsJeanne.

Pour contribuer par chèque, me contacter en écrivant à jeanne.smits.blog@gmail.com.


© leblogdejeannesmits

 
[]