19 juin, 2015

Belgique : « Laura », 24 ans, sera euthanasiée cet été. Elle est en excellente santé

La Belgique est en train de devenir folle. Et ceux qui prévenaient, lorsqu’elle adoptait l’une des premières lois d’euthanasie au monde, qu’elle s’engageait sur une pente glissante qui l’enfonce de plus en plus loin dans l’horreur voient leurs avertissements confirmés. La dernière histoire en date est contée par De Morgen, qui a rencontré « Laura », 24 ans, candidate à l’euthanasie. Elle est en excellente santé physique. De nombreux amis l’entourent. Elle apprécie de sortir – au théâtre notamment – et elle aime le bon café. Sa vie prendra fin cet été. Pourquoi ? Parce qu’elle n’a pas envie de vivre. Les dépressions la tourmentent : depuis trop longtemps, elle s’imagine que « vivre, ce n’est pas son truc ».
L’histoire de la jeune femme est terrible. Elle naît dans une famille qui éclatera du fait de la violence et de l’alcoolisme de son père : la séparation s’imposera en raison du dangercet la petite passera beaucoup de temps chez ses grands-parents maternels, qui lui offrent sécurité, affection, structure. Malgré tout, dès la grande section, elle se demande se qu’elle fait sur terre. A six ans, elle rêve de se tuer. C’est le début d’un long tunnel, qui passera par l’automutilation, l’incompréhension, les souffrances.
Laura a besoin de croire que ce n’est pas son enfance chaotique qui lui a donné ce désir d’autodestruction : « Même si elle a contribué à ma souffrance, je suis convaincue que j’aurais eu ce désir de mort si j’avais grandi dans une famille tranquille et stable. Je n’ai tout simplement jamais voulu vivre. »
Après une scolarité difficile, marqué par les comportements autodestructeurs dont la gravité n’a pas frappé les responsables de l’école, « Laura » se lance dans le théâtre, emménage avec une amie : « J’avais tout en fait : un appartement sympa, une passion amoureuse très agréable, j’étais occupée à plein temps par le théâtre ». La voilà donc au sein d’une relation homosexuelle qu’elle lâche après s’être disputée avec son amie en raison de sa dépression.
A ce moment-là un psychiatre la met au défi de se faire interner, en abandonnant le théâtre. Elle se laisse convaincre et découvre une vie « lourde » : ses automutilations augmentent en intensité, elle se frappe contre les murs. Elle a l’impression d’abriter un monstre qui cherche à s’échapper de son corps. L’agressivité, la colère, la douleur ne sont en rien soignés par les psychiatres et Laura est une patiente si difficile qu’elle est régulièrement renvoyée chez elle pour que le personnel puisse souffler.
C’est à l’asile psychiatrique qu’elle rencontre « Sarah », qui organise précisément sa propre euthanasie. « Laura » est séduite : les deux femmes parlent de la mort et elle décide de réclamer elle aussi une piqûre mortelle.
Entre la demande et l’exécution, il faut compter entre un an et dix-huit mois. Laura l’a faite ; l’échéance est pour l’été. Il lui a fallu d’abord acquérir la conviction – à l’aide de sa thérapie – que son enfance n’était pas la cause de ses souffrances, mais quelque chose qu’elle porte en elle.
Poignant récit… Abîmée par la vie, par la désespérance qui la hante, par on ne sait quelles thérapies et autres pédagogies qui ont peut-être aggravé sa situation. Laura ne se supporte pas… Elle souffre d’un mal de notre temps, lié à l’identité et à l’être.
Trois médecins ont décidé qu’elle souffrait de manière insupportable et qu’elle doit pouvoir mourir.
A l’heure actuelle, Laura s’efforce d’offrir à ses proches – sa mère, ses grands-parents – le plus de présence possible. Et elle organise tout : sa mort dans le studio où elle passe deux jours par semaine, ses funérailles… « Je trouve cela agréable d’y penser. » Elle prépare ses dernières paroles.
Voilà où mène l’autonomie du patient, poussée à l’extrême.
Voilà où mène la faillite d’un système qui ne sait plus donner de raisons de vivre.


• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S'abonner

© leblogdejeannesmits



8 commentaires:

brandenburg a dit…

Problème de l'identité,en effet!Alain Finkielkraut l'a bien expliqué pour la France avec son "identité malheureuse" mais l'origine est la même pour les personnes que pour les communautés et il est d'ordre essentiellement metaphysuque plus que religieux ou psychologique car comment avoir une identité religieuse ou psychologique si l'on a perdu le sens de l'être en tant qu'être,question première de toute metaphysique!"Normalement",l'évidence naturelle nous assure qu'il y a de l'être plutôt que rien,,constatation à partir de laquelle toute metaphysique aussi complexe soit-elle peut être bâtie mais condition nécessaire!Déja Parménide,au VI° siècle avjc, l'avait affirmé dans son premier vers de son célèbre poème:"insensé est celui qui dit que le non-être est",affirmation qu'il est facile de rapprocher de celle du Psaume "insensé est celui qui dit que Dieu n'est pas" ou "je suis qui est",réponse de Dieu à Moïse qui l'interrogeait sur son nom!Mais l'idéalisme critique étant passé par là,à partir de Platon,des sceptiques comme Piron contre lequel Pascal se déchaîne,visant en réalité son contemporain descartes-"toute cette philosophie ne vaut pas une heure de peine" ou "descares,inutile et incertain"- mais surtout ce même descartes et kant,est intervenue "la perte de l'évidence naturelle" qui selon le psychiatre Blankenburg qui appartient à la même famille philosophique que Finkielkrut,phénoménologique,est le symptôme de toutes les pathologies mentales quelles qu'elles soient.Il n'est donc nullement excessif de dire que descartes ou kant ont fait de leur philosophie un éloge d'une pathologie mentale!"Et voila pourquoi votre fille est muette" en conclurait le réaliste Molière et cette malheureuse jeune fille comme son pays, suicidaires et en proie à une véritable épidémie délirante et mimétique-René Girard ou Gustave Le Bon dans sa "psychologie des foules" parue vers 1900- de la culture de mort!A quoi bon vivre,en effet,si l'existence ou l'être ne sont qu'une "idée" sans réalité assurée derrière?Autant s'en débarrasser puisque cette "idée" ,en plus,n'est que souffrance bien réelle comme l'affirment les bouddhistes,de façon d'ailleurs complètement contradictoire!Mais si le principe et la réalité de l'identité sont niés,celui de non-contradiction l'est aussi comme celui de tiers exclu et tout à l'avenant jusqu'au nihilisme radical et donc au suicide à la fois réel et irréel:ainsi atteindra-t-on au nirvana du non-être,du non-souffrir,du non-vivre,du non-agir ,échappant enfin à la samsara,la roue des réincarnations!
Conclusions: 1 la plupart des philosophes feraient mieux de se taire et de se faire balayeurs des rues; 2 le bouddhisme est une menace pire que l'Islam-voir le vieux goethe ou schopenhauer et même ce crétin de steve jobs,fondateur d'apple;3 jeter un coup d'oeil sur le site erlande.wordpress .com,le site PRO-VIE tous azimuts-qui fait ce qu'il peut contre cette folie collective qui frappe tout l'occident!

grog77 a dit…

C'est effrayant. La réalité dépasse, une fois de plus, la fiction.
En poussant cette terrible logique, on peut facilement imaginer dans quelques années des programmes de l'ONU du genre : "Rendez service à l'Humanité, euthanasiez-vous!"
"votre vie a-t-elle vraiment du sens ? Euthanasiez-vous !"
"Nous sommes trop nombreux sur Terre : soyez courageux, euthanasiez-vous pour le bonheur de l'humanité".
Le Meilleur des Mondes d'Huxley n'est plus de la science-fiction...

Susie a dit…

Si Laura rencontrait celui qui donne la vie, qui donne un sens à la vie, qui donne une passion pour la vie, elle pourrait sortir de sa tristesse. Cette personne est Jésus. Avec lui, tout peut changer. Elle n'a qu'à lui crier au secours. En bon papa tout puissant il attend son invitation pour prendre soin d'elle. Elle n'a rien d'autre à faire. Elle sera surprise par la sève de vie qui montera dans ses veines.

Anonyme a dit…

Vous êtes hypocrites : préféreriez-vous qu'elle se jette d'un pont, comme cela vous pourriez confortablement ignorer sa mort ? Elle trouve sa vie insupportable, et c'est certainement son droit le plus fondamental de décider de son terme. À elle, pas à d'autres personnes guidées, la plupart du temps, par des considérations relevant de superstitions archaïques.

Anonyme a dit…

Le monde glisse vers le désespoir, aujourd'hui Laura demain des milliers de personnes trouveront l'idée a leur goût, alors que la mort leur semblera plus douce que la vie.
Je voulais mourir alors que je n'avais que 22 ans et si ce programme avait existé, très certainement je l'aurais choisi.
La tentation aurait été très forte en tout cas. Car pour moi aussi la mort me semblait plus douce que la vie.
Mon ame hurlait à l'intérieur de mon corps : "Je veux mourir"!
Presque tous les jours.
Cette année la a été la plus douloureuse de ma vie. Je hurlais consciemment: ça suffit !
Janvier 88 une personne s'approche de moi et me demande : Est ce que vous aimez lire ?
La lecture était le moyen de m'évader un peu de sortir de mes angoisses. Je ne lisais pas que des romans à l'eau de rose je lisais aussi toutes sortes de bouquins proposant une vie meilleure. Les techniques proposées étaient douteuses mais elles me convenaient. J'ai sombre encore plus dans des idées sombres.Ce jour là cette personne me parle d'un Dieu qui s'est fait homme, un Dieu qui a marcher sur la terre et vécu comme un homme, un Dieu créateur de l'univers qui vient a la rencontre de sa création, un Dieu qui a laissé un message d'espérance, un message fait de promesses tenues qui traverse les siècles et rejoins a qui veut bien se poser quelques minutes et prendre le temps de lire, de comprendre le but de son existance.
Alors j'ai dis oui je veux bien lire ce livre,
Évangile de Jean chapitre 3 verset 16 : je lis : Car Dieu a tant aimé le monde (ma personne) qu'il a donné son Fils Unique (Jesus - Christ) afin que quiconque (moi par exemple) ne PÉRISSE pas mais reçois LA VIE ÉTERNELLE
Jérémie 29 : 11 Car Je connais les projets que j'ai forme sur toi dit l'Eternel, projets de paix et non de malheur afin de te donner UN AVENIR et de L'ESPÉRANCE
Et j'en passe...
C'est vrai que l'on ne choisis pas sa vie, mais on peut faire le choix de son avenir, j'avais pas choisi mon passé je l'avais subi avec tout son lot de souffrance mais ce jour la j'ai crié aussi fort que ma douleur : Si Christ tu es celui qui peut changer quelque chose pour moi alors je veux bien te faire confiance, sauve moi de la mort!
Schizophrénie - paranoïa - troi le de la personnalité étc...(j'étais victime de ces états) font parties des maladies de l'âme que seul le créateur des âmes peut guérir !
Je n'ai pas le temps ici de raconter tout ce que Dieu a fait dans ma toute petite vie, mais la dépression et autres mal être extrême, ne sont pas une fatalité. J'en suis sorti aujourd'hui je vis une vie épanouie, j'ai 48 ans je suis mariée avec le père de nos 4 beaux et grands enfants et grand mère heureuse d'une petite fille de 4 mois.
Tout est possible à celui qui croit en moi a dit Jesus Christ
S'il était possible que je rencontre Laura donnez moi en la possibilité, meme une adresse mail je voudrais lui écrire lui parler que c'est possible de guérir d'une telle maladie !
Chaque jour que Dieu fait je m'applique à aider chaque "Laura" et c'est peut être vous qui lisez ces lignes aujourd'hui,
Sur mon chemin de vie j'ai pu par la grâce de Dieu amener plusieurs d'entre elles vers la lumiere. Et Dieu l'ayant promis sauvé des vies encore aujourd'hui. Car tous ici bas sommes plus précieux que la prunelle de ses yeux.
Vous pouvez me contacter ici :lililem06@gmail.com
Je prie pour Laura que Dieu envoi ses anges , ses messagers de bonnes nouvelles afin qu'elle entende que la vie vaut la peine d'être vécue si on choisis de monter dans le navire du grand commandant de bord , aucune tempête de la vie , aucun raz de marée ne peut submerger ce navire ! Dieu peut être votre force votre ancre votre voile si vous criez à lui au secours . Il viendra vous sauver.

Tiffanie wattincourt a dit…

bonjour tout le monde , juste pour savoir , y aurait il un moyen quelconque de contacter laura ? je sais d'avance que je ne la ferait pas changer d'avis , mais j'aimerais juste la faire reflechir a certains , j'ai été dans la meme situation , j'en suis pas sorti mais je resiste , parce que l'on est present ici , nous tous , pour sa , pour resister . s'il est possible de me contacter a cette adresse mail au cas ou : nsbm666wp88@hotmail.fr j'aimerais vraiment pouvoir lui parler ne serait ce qu'une fois .
merci a vous

LEFEBVRE IMMOBILIER A DAKAR a dit…

Mon enfant,
Je regarde jusqu’au fond de ton cœur et je sais tout de toi. (Psaume 139.1)
Je sais quand tu t’assieds et quand tu te lèves. (Psaume 139.2)
Je te vois quand tu marches et quand tu te couches.
Je connais parfaitement toutes tes voies. (Psaume 139.3)
Même les cheveux de ta tête sont comptés. (Matthieu 10.29-31)
Tu as été créé à mon image. (Genèse 1.27)
Je suis le mouvement, la vie et l’être. (Actes 17.28)
Je te connaissais même avant que tu sois conçu. (Jérémie 1.4-5)
Je t’ai choisi au moment de la création. (Ephésiens 1.11-12)
Tu n’étais pas une erreur. (Psaume 139.15)
Tous tes jours sont écrits dans mon livre. (Psaume 139.16)
Je détermine la durée des temps et les bornes de tes demeures. (Actes 17.26)
J’ai fait de toi une créature merveilleuse. (Psaume 139.14)
Je t’ai tissé dans le ventre de ta mère. (Psaume 139.13)
C’est moi qui t’ai fait sortir du sein de ta mère. (Psaume 71.6)
Mon image a été déformée par ceux qui ne me connaissent pas. (Jean 8.41-44)
Je ne me suis pas éloigné, ni fâché car je suis l’expression parfaite de l’amour. (1 Jean 4.16)
C’est mon amour de Père que je répands sur toi. (1 Jean 3.1)
Parce que tu es mon enfant et que je suis ton Père. (1 Jean 3.1)
Je t’offre plus que ton père terrestre ne pourrait jamais te donner. (Matthieu 7.11)
Car je suis le Père parfait. (Matthieu 5.48)
Toute grâce que tu reçois vient de ma main. (Jacques 1.17)
Car je suis celui qui pourvoit à tous tes besoins. (Matthieu 6.31-33)
Mon plan pour ton avenir est toujours rempli d’espérance. (Jérémie 29.11)
Parce que je t’aime d’un amour éternel. (Jérémie 31.3)
Mes pensées vers toi sont plus nombreuses que les grains de sables. (Psaume 139.17-18)
Je me réjouis de tes louanges et de ton adoration. (Sophonie 3.17)
Je n’arrêterai jamais de te bénir. (Jérémie 32.40)
Tu fais parti du peuple que j’ai choisi. (Exode 19.5)
Je désire te donner mon pays et tout ce qui s’y trouve. (Jérémie 32.41)
Il est en mon pouvoir de te montrer de grandes et merveilleuses choses. (Jérémie 33.3)
Si tu me cherches de tout ton cœur tu me trouveras. (Deutéronome 4.29)
Trouve ta joie en moi et je te donnerai ce que ton cœur désire. (Psaume 37.4)
Car c’est moi qui t’ai donné ces désirs de me plaire. (Philippiens 2.13)
Je suis capable de faire plus pour toi que tu ne pourrais probablement l’imaginer. (Ephésiens 3.20)
Car je suis ta plus grande source d’encouragement. (2 Thessaloniciens 2.16-17)
Je suis aussi le Père qui te console de toutes tes peines. (2 Corinthiens 1.3-4)
Quand tu cries à moi, je suis près de toi et je te délivre de toutes tes détresses. (Psaume 34.18)
Comme un berger porte un agneau, je te porte sur mon cœur. (Esaïe 40.11)
J’effacerai toute larme de tes yeux. (Apocalypse 21.3-4)
Et je porterai toute la douleur que tu as subie sur cette terre. (Apocalypse 21.4)
Je suis ton Père et je t’aime de la même façon que j’aime mon Fils Jésus. (Jean 17.23)
Car mon amour pour toi se révèle en Jésus. (Jean 17.26)
Il est la représentation exacte de mon être (Hébreux 1.3) Et il est venu démontrer que je suis pour toi, pas contre toi. (Romains 8.31)
Et te dire que je ne compte plus tes péchés. (2 Corinthiens 5.18-19)
Jésus est mort pour que toi et moi puissions être réconciliés. (2 Corinthiens 5.18-19)
Sa mort est l’expression suprême de mon amour pour toi. (1 Jean 4.10)
J’ai renoncé à tout ce que j’aime pour gagner ton amour. (Romains 8.32)
Si tu acceptes mon Fils Jésus, tu me reçois. (1 Jean 2.23)
Et rien ne te séparera de mon amour. (Romains 8.38-39)
Dans ma maison au ciel, il y a tant de joie pour un pécheur qui se change de vie. (Luc 15.7)
J’ai toujours été le Père et serai toujours ton Père. (Ephésiens 3.14-15)
Ma question est : Veux-tu être mon enfant ? (Jean 1.12-13)
Je t’attends. (Luc 15.11-32)
Ton Père qui t’aime,
Dieu tout puissant

Anonyme a dit…

Bonjour, je cherche aussi à joindre Laura depuis que j'ai lu sa souffrance. Le suicide, délégué ou non, n'arrête ni ne stoppe la souffrance, c'est tres momentanné, juste le temps de passer de ce monde à l'autre. Tant pis si l'euthanasie postule à tort que la Vie s'arrête à la mort physique. J'ai parcouru un même chemin, je parle donc par ma propre experience, non par les livres et peux éclairer les ténèbres de Laura + lui donner quelques clefs pour la suite. Elle decidera ensuite de façon autonome en toute Vérité. LaViePasseVite@yahoo.fr

 
[]