14 février, 2010

Pays-Bas : pour le droit au suicide dès 70 ans...

Un groupe « citoyen » constitué à l'initiative de l'association « De plein gré » (Uit vrije wil) dit avoir recueilli plus de 40.000 signatures en vue de faire figurer l'assistance au suicide à l'ordre du jour de la chambre des députés néerlandaise. La pétition, lancée lundi dernier, a très rapidement recueilli plusieurs dizaines de milliers de signatures sur Internet ainsi que plusieurs milliers par voie postale, dépassant en moins de cinq jours le minimum de 40.000 requis dans le cadre d'une initiative citoyenne pour obliger la « Deuxième chambre » débattre d'un sujet.

L'initiative vise à bouleverser totalement le droit à l'euthanasie - déjà l'un des plus larges du monde - en accordant à toute personne âgée de plus de 70 et « fatiguée de vivre » le droit d'obtenir l'assistance à son propre suicide. Qu'elle soit malade ou non, qu'elle souffre ou non.

Après l'agitation médiatique (la « Semaine de la vie accomplie » commencée dimanche dernier), voici donc le tout de l'agitation politique, soutenue par quelques noms bien connus des Néerlandais : une présentatrice de télévision historique, Mies Bouwman, Paul Van Vliet, homme de spectacle, la féministe Hedy d'Ancona qui a navigué entre les postes de ministre des gouvernements libéraux et d'élue socialiste au Parlement européen. Frits Bolkestein lui, n'est pas inconnu des Français puisque cet ancien commissaire européen ultra-libéral avait donné son nom à la fameuse directive « services » visant à ouvrir les marchés de l'UE sans exiger d'harmonisation sociale et fiscale. Et des professeurs d'université, et des « communicants », et des avocats...

Pour ce qui est du mode opératoire, tout est prévu. Le groupe d'initiative citoyenne propose la mise en place d'un corps professionnel reconnu d'assistants spécialisés à qui il appartiendra d'évaluer la demande du candidat au suicide assisisté, pour vérifier que sa demande est bien faite de plein gré, réfléchie, authentique, cohérente, compréhensible, la volonté n'étant pas altérée, et que la personne est de nationalité néerlandaise et âgée de 70 ans ou plus. Ces professionnels seraient habilités à passer à l'acte dès lors qu'un deuxième avis conforme serait obtenu auprès d'un autre assistant indépendant du premier : des médecins travaillant étroitement avec le réseau pourraient alors finir les doses létales de médicaments indispensables.

Comme l'euthanasie sous sa forme actuelle aux Pays-Bas, toute assistance au suicide ferait l'objet d'un contrôle de la part d'une commission régionale.

Le site  de « Uit vrije wil » propose quelques exemples de « vies accomplies » devant ouvrir droit au suicide assisté : en gros, des situations qui  sans être désespérées ne peuvent s'améliorer. Ce qui est mis en avant, ce n'est pas la solitude ou la douleur insupportable, mais le sentiment personnel de ne plus être maître de sa vie, de ne plus pouvoir vivre comme avant, même si un entourage familial affectueux est présent, et l'idée d'humiliation devant une situation physique dégradée.

Selon les promoteurs du suicide assisté, de très nombreux Néerlandais sont d'accord avec l'initiative. Mais déjà l'association des infirmiers néerlandais a fait connaître son opposition au projet, soulignant que ses membres ne souhaitent d'aucune manière y collaborer, puisque leur métier consiste à soigner les gens et à alléger leurs souffrances.

On n'évoque pas dans la presse néerlandaise l'âge moyen des signataires, mais on souligne le nombre élevé de personnalités politiques qui y ont participé.

© leblogdejeannesmits.

2 commentaires:

LE GAY SAVOIR a dit…

Les francs-macs et leurs maitres financiers ont fait du bon travail -n'est-ce pas franc-mac sénateur Cavaillet- Pacs, avortement de masse, euthanasie...Le monde se barre en c...

Robert Marchenoir a dit…

Il ne faut pas être devin pour prévoir la conséquence d'une telle mesure, face à la guerre menée par les jeunes contre les vieux actuellement, affrontement qui se double d'une guerre ethnique des immigrés contre les indigènes : de nombreuses personnes seront poussées au suicide.

Rien de plus facile que de pourrir la vie à quelqu'un pour l'amener à se sentir "fatigué de vivre".

Lisez les commentaires de blog. Ils sont pleins de ce genre d'incitations tout à fait explicites.

 
[]