02 novembre, 2010

Un évêque auxiliaire néerlandais « choque » le Parlement…

Ou plus exactement la Seconde chambre néerlandaise, dans une polémique qui n'en finit pas et dont les retombées ont attiré mon attention sur ce qui m'avait échappé, fin septembre…

L'évêque auxiliaire de Roermond, Mgr Everard de Jong, aumônier de groupe pro-vie « Stirezo » du courageux et regretté P. Jan Koopman aux Pays-Bas, a envoyé une lettre à chacun des élus de tous les partis pour suggérer qu'en ces temps de restrictions budgétaires qui « touchent à peu près tout » on en fasse autant pour sauver des vies. Le remboursement – intégral – de l'avortement aux Pays-Bas coûte 10 millions d'euros par an…

Mgr Everard de Jong
« Pourquoi ne pas faire d'économies sur le poste sanglant des cliniques d'avortement », écrit-il. « Au cours des années à venir nous allons avoir besoin de centaines de milliers de mains auprès de nos lits. Nous ne les avons pas… Les gens qui pourraient nous laver, c'est nous-même qui les avons “nettoyés” », avait souligné le prélat.

Il joignait à son envoi une petit fœtus de 10 semaines en plastique :

« Comme vous pouvez le voir en regardant le modèle joint d'un enfant à naître de 10 semaines, il ne s'agit pas juste d'un amas de cellules, mais une très reconnaissable petite personne, dont le cœur bat et dont le visage a des traits des plus précis. Aux Pays-Bas il est possible jusqu'à la 24e semaine une si mignonne petite personne soit assassinée. »

Une libérale du VVD, Jeanine Hennis-Plasschaert a jugé l'initiative « nauséabonde » ; pour la Verte Linda Voortman elle était « contraire au bon goût et inconvenante » : « Imaginez qu'on soit infertile ou qu'on ait fait une fausse couche… » La social-démocrate Pia Dijkstra a assuré quant à elle que de « laisser naître un enfant non désiré est un bien mauvais début pour la vie. Le choix, à ce propos, me paraît appartenir à l'individu et à personne d'autre. »

L'affaire a rebondi ces jours-ci avec la publication d'une lettre ouverte de l'éditorialiste du quotidien catholique Katholiek Nieuwsblad, Mariska Orban assurant la députée libérale qu'elle comprenait son mouvement de recul parce que celle-ci avait avoué en une autre occasion avoir éprouvé beaucoup de douleur en raison de plusieurs fausses couches. Et lui rappelait que la douleur ravivée à la vue de la « poupée-fœtus » renvoyait à la réalité de la mort d'un tout-petit : « N'est-il pas “nauséabond” que notre société permette que nous avortions chaque année aux Pays-Bas plus de 30.000 bébés à naître ? »

Mariska Orban a été prise à partie par les gros médias et les politiques, et contrainte d'assortir sa lettre d'excuses publiques où elle se borne d'ailleurs à s'excuser d'avoir pu involontairement blesser la parlementaire.

© leblogdejeannesmits.

3 commentaires:

Hans-Georg Lundahl a dit…

Très bien vu, Mgr de Jong!

Mme Smits, j'allais chercher le vidéo sur la tragédie chinoise sur votre blog pour le retransférer sur le mien, je ne le trouve pas.

Par contre, je vous remercie pour cet article, qui est désormais accessible directement par le petit lien: http://o-x.fr/buc8

Hans-Georg Lundahl a dit…

Si vous voulez me donner accès au vidéo, vous pouvez le faire dans mon guestbook, ou encore dans les commentaires que je ferais sur Régine Pernoud ...

Hans-Georg Lundahl a dit…

trouvé, le blog est en anglais: http://o-x.fr/togv

 
[]