12 octobre, 2015

Synode : “La différenciation entre péché et pécheur ne fonctionne plus”

Au point presse de la mi-journée organisé par la salle de presse du Vatican, le P. Thomas Rosica a insisté sur cette affirmation faite par un Père synodal samedi lors de la discussion sur la 3e partie de l'Instrumentum laboris (alors que la 2e partie est en cours d'examen par les circuli minores depuis ce lundi matin) :

« La différenciation entre péché et pécheur ne fonctionne plus. »

Cette phrase avait déjà été mise en valeur par le rapporteur en italien qui rapportait en substance : La différenciation entre péché et pécheur ne fonctionne plus parce que la sexualité fait partie intégrante de la personne.

Le P. Rosica a ajouté : « Il faut exprimer ces choses d’une manière nouvelle pour que les gens puissent les comprendre. »

La distinction entre la personne et l'acte est en effet un grand classique de la théologie et de la morale catholiques ; nous sommes invités à « aimer la personne et à détester le péché ».

C'est une distinction de plus en plus contestée parce que détester le péché réviendrait à stigmatiser ceux qui le commettent, sans compter que les homosexuels affirment agir selon leur « nature » comme l'expliquait Mgr Charamsa.

Lors du point presse, qui a lourdement insisté sur les aspects les plus progressistes des interventions de samedi, l'affirmation selon laquelle la sexualité fait partie intégrante de la personne a été rapportée sans nuances. Elle s'inscrit totalement dans cette logique.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S'abonner



© leblogdejeannesmits



2 commentaires:

Marc Puckett a dit…

"Cette phrase avait déjà été mise en valeur par le rapporteur en italien qui rapportait en substance: La différenciation entre péché et pécheur ne fonctionne plus parce que la sexualité fait partie intégrante de la personne."

Quel relator dit une telle chose? Je ne peux pas trouver une telle expression dans le texte des relationes publiés en le Bollettino.

Jeanne Smits a dit…

Je l'ai entendu lors de la conférence de presse.

 
[]