23 août, 2010

ONU : lancement d'une conférence mondiale sur la jeunesse au Mexique – sous les protestations

L'ONU a lancé ce lundi la Conférence mondiale pour la jeunesse au Mexique, dans la ville de Leon (Guanajato) au centre du pays, avec la participation de 21 de ses agences et de nombreuses ONG, ainsi que de 2.000 jeunes (venus tous frais payés ?). Co-organisé par le gouvernement mexicain et l'Organisation des Nations unies, la Conférence s'achèvera par un Forum des gouvernements qui se tiendra du 25 au 27 août avec la participation de 160 pays. On attend – comme toujours – une déclaration commune à l'issue des pourparlers.

Les jeunes dans les rues de Leon (Mexique) :
photo Paco Dueñas dans Milenio.
Les jeunes catholiques mexicains n'auront pas laissé l'événement s'ouvrir sans se faire entendre. C'est spécifiquement contre l'ONU et ses objectifs pour la jeunesse (détaillés notamment dans le post précédent) que des milliers de jeunes ont convergé cette après-midi dans les rues de Leon vers le siège de la Présidence municipale aux cris de « ministres vendus » et de « Onu, tu ne décideras pas pour nous ! ». Ils protestaient aussi contre l'absence de « voix indigènes » lors de cette Conférence qui s'est déroulée chez eux.

Les slogans font référence aux accusations du cardinal mexicain qui dit avoir la preuve que le maire de Mexico et des organismes internationaux ont su corrompre les juges de la Cour suprême mexicaine qui vient d'approuver le mariage et l'adoption gays.

Cette Marche internationale pour la famille, la justice, la vie et la paix a été organisée par l'Alliance internationale de la jeunesse, réunissant des délégations de 12 Etats du Mexique, des Etats-Unis, du Brésil, du Chili, de l'Argentine et de l'Espagne. Leur porte-parole, Miguel Angel Ruiz, a accusé l'ONU d'avoir déjà préparé des résolutions favorables à l'avortement et au « mariage » gay sans écouter la volonté de la société. Et d'ironiser sur les documents de l'ONU et de sa politique pour la jeunesse qui incitent les jeunes à prendre la parole dans la société : à l'ONU, donc, d'écouter la voix de ces jeunes-là !

Leur présence a été marquée par des provocations – comme celle d'un couple homosexuel qui s'est embrassé en public : la presse mexicaine annonce qu'il a été « agressé » par les manifestants.

Pour le plaisir, on notera que selon le journal Jornada, c'est la « désorganisation » qui règne là où étaient prévus ateliers, tables rondes et débats en raison des absences des exposants et des changements de programme…

© leblogdejeannesmits.

2 commentaires:

Penthésilée ou Sappho ? a dit…

"Leur présence a été marquée par des provocations – comme celle d'un couple homosexuel qui s'est embrassé en public"

J'adore...
Un couple homo qui s'embrasse est une provocation...
Et un couple hétéro qui ferait même chose, ça serait aussi une provocation?

Hypocrisie...
Est provoqué celui qui veut être provoqué dans cette affaire.

Jeanne Smits a dit…

Je vois dans les excès visuels (litote) des gay prides des formes de provocation. A l'évidence, que des homosexuels viennent s'embrasser exprès devant des manifestants catholiques relève aussi de la provocation. Comme serait une provocation pour une couple « hétéro » de s'embrasser goulûment devant des enfants. Question de pudeur et de respect d'autrui, c'est tout !

 
[]